22ème rapport de la Fondation Abbé Pierre : Emmanuelle Cosse appelle à poursuivre la dynamique engagée par le gouvernement

31 janvier 2017

A l’occasion de la présentation par la Fondation Abbé Pierre du 22ème rapport sur l’État du mal-logement en France, Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, est revenue sur l’action menée depuis cinq ans pour conduire la bataille du logement abordable. Dans le contexte d’engagements électoraux, la ministre a aussi lancé un appel à poursuivre collectivement la dynamique engagée pour faire reculer le mal-logement.

Depuis cinq ans, la mobilisation du gouvernement pour produire du logement abordable s’est concentrée sur les zones tendues, là où les besoins sont les plus marqués. A titre d’exemple, la relance de la construction permet aujourd’hui d’atteindre 453 200 logements autorisés à la construction en 2016 dont 130 226 logements sociaux agréés. En Île-de-France, l’objectif de 70 000 logements a été dépassé affichant ainsi un record depuis 1977 : 74 200 logements ont été mis en chantier en 2016 dont la moitié de logements HLM (et 70% de logements sociaux et très sociaux).

La vigilance et l’action envers les communes « carencées » au regard de leur obligation de production de logements sociaux telle que définie dans la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU) ont été renforcées de sorte que leur production a triplé sur la dernière période triennale. Pour la première fois, 21 permis de construire ont été délivrés par les préfets en substitution aux maires récalcitrants pour la réalisation de près de 510 logements. La loi Égalité et Citoyenneté, portée et défendue par le gouvernement, vient par ailleurs renforcer les outils disponibles pour faire appliquer la loi dans les communes qui refusent encore de participer à l’effort national de solidarité.

Si la mise en œuvre du Droit au logement opposable (DALO) a été longue, les résultats définitifs de 2016 devraient permettre de dépasser le cap des 122 000 ménages relogés. Et chaque jour permet désormais d’affirmer la capacité à reloger plus de ménages que les commissions DALO n’accordent de décisions positives. Pour aller encore plus loin et renforcer le relogement des DALO, la loi Égalité et Citoyenneté obligera désormais l’ensemble des financeurs du logement social à consacrer 25% de leurs attributions à des ménages prioritaires.

« Depuis 5 ans, l’engagement et la mobilisation du gouvernement ont permis de changer la donne en matière de lutte contre le mal-logement. Pour que les résultats soient pleinement à la hauteur du combat mené, la dynamique engagée doit être poursuivie dans le souci du maintien du dialogue franc et constructif établi avec les acteurs mobilisés.  » a déclaré Emmanuelle Cosse.