4 700 classes de CP et CE1 supplémentaires dédoublées pour la rentrée 2018

3 septembre 2018

À l’occasion de la rentrée scolaire ce 3 septembre, Jacques Mézard s’est rendu à l’école primaire de Bourguenolles, une commune de 343 habitants, dans la Manche (50). Julien Denormandie, de son côté, a visité l’école Victor-Hugo de Garges-Lès-Gonesse, quartier prioritaire du Val d’Oise (95). Ces deux écoles ont expérimenté le dédoublement de leur classe de CP, dès 2017 pour Garges-Lès-Gonesse, et en cette rentrée 2018 pour celle de Bourguenolles, afin de permettre à tous les enfants de maîtriser les savoirs fondamentaux.

Favoriser l’émancipation par l’éducation en donnant aux enfants les mêmes chances de réussite lors de l’apprentissage scolaire : c’est l’objectif du Gouvernement qui a décidé de dédoubler les classes de CP et CE1 situées en réseaux d’éducation prioritaire (Rep et Rep+), dès la rentrée de 2017. Pour l’année scolaire 2018-2019, 4 700 classes supplémentaires ont été dédoublées. À la rentrée 2019, 100 % des classes seront concernées.

« Cette année, nous passerons de 60 000 à 190 000 enfants qui vont bénéficier du dédoublement de classe. C’est quelque chose qui marche. Nous voyons bien que le fait d’avoir des classes de douze élèves permet de faciliter l’apprentissage de la lecture. »
Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires

Les mesures du Gouvernement pour la réussite scolaire

Le dédoublement des classes fait partie d’un ensemble de mesures inscrites dans la feuille de route de la politique de la ville, présentée le 18 juillet 2018, pour compléter l’effort en matière d’éducation dans les quartiers prioritaires :

  • la présence de deux encadrants par classe en école maternelle en favorisant la présence d’un agent territorial spécialisé des écoles maternelles (Atsem) ;
  • l’instruction obligatoire à 3 ans à la rentrée 2019, pour faire de la maternelle un levier l’égalité et de réussite ;
  • augmenter, dès cette rentrée, de 3 000 € sur trois ans la prime des 60 000 personnels de l’Éducation nationale exerçant en Rep+ ;
  • proposer 30 000 stages de qualité aux élèves de 3e vivant dans les quartiers prioritaires, dès octobre 2018 avec la plateforme www.monstagedetroisieme.fr  ;

Les entreprises, actrices du développement local

Pour ce déplacement de rentrée, Jacques Mézard a également souhaité mettre l’accent sur le développement économique des territoires ruraux et l’innovation, en rencontrant deux entreprises normandes (50) :

  • Acome, une grande entreprise de câbles et fils pour véhicules, située à Romagny-Fontenay. Cette entreprise, positionnée sur la mobilité connectée, est la première Scop (société coopérative et participative) de France ;
  • Kunkel, société familiale fabriquant des palettes en bois basée à Le Teilleul.

Ces deux entreprises industrielles, très ancrées localement, participent au développement économique et à la création d’emplois et d’activités innovantes dans les territoires ruraux. Elles ont bénéficié à ce titre du soutien de l’État pour développer leur activité et créer ou maintenir des emplois, via la prime à l’aménagement des territoires.

En 2017, la prime à l’aménagement du territoire (PAT) a permis de soutenir 36 projets, soit 18,5 millions d’euros de crédits octroyés, 6 120 emplois soutenus dont 2 130 créés.