Baisse des températures : Maintien de la vigilance des services de l’Etat pour la mise à l’abri des plus démunis

17 mars 2018 | Mis à jour le 30 mars 2018

Météo France indique une forte baisse des températures à partir de dimanche, en dessous des normales saisonnières. La mobilisation de l’Etat, avec les associations et les collectivités, se poursuit. 149 000 places étaient ouvertes cette semaine pour accueillir les personnes vulnérables à la rue (contre 131 000 à la même période l’an dernier), en comptant les places pérennes et les place de renfort hivernal.

La journée de lundi devrait être la plus froide de cette nouvelle vague de froid avec des températures en moyenne 6 à 7 degrés en dessous des normales saisonnières selon Météo France. Cette baisse des températures devrait principalement toucher la partie nord de la France.

En conséquence, Jacques MEZARD, ministre de la Cohésion des territoires, et Julien DENORMANDIE, secrétaire d’Etat, ont demandé aux préfets de poursuivre leur mobilisation pour la mise à l’abri des plus démunis à l’approche de cette nouvelle vague de froid.

En Ile de France, le préfet de région a décidé de réactiver à partir de ce jour le plan grand froid. Il se traduit par 1677 places grand froid exceptionnelles qui s ajoutent aux 4260 places de renfort hivernal. Des places supplémentaires et un renforcement des maraudes sont également prévues dans les Hauts de France, en Centre Val-de-Loire et en Bretagne.

Dans les autres régions, le niveau de mobilisation reste à un niveau exceptionnel. Ainsi, dans le Grand Est, 264 places de renfort hivernal et 54 places supplémentaires « grand froid » restent ouvertes à ce jour.

Les services de l’Etat se tiennent prêts, en lien avec les associations et les collectivités, à mobiliser des places supplémentaires si les températures venaient à baisser plus fortement.

« Cet hiver a été marqué par plusieurs vagues de grand froid contre une seule l’hiver précédent. Je tiens à saluer la mobilisation exceptionnelle des services de l’Etat, des associations et de leurs salariés et bénévoles qui ne comptent pas leur temps, des collectivités pour faire le maximum pour la mise à l’abri des plus démunis. Mais, au-delà de l’urgence, il s’agit d’apporter des réponses structurelles en démultipliant les sorties du dispositif d’hébergement d’urgence vers le logement. C’est l’enjeu du plan logement d’abord et nous aurons l’occasion d’ici la fin du mois d’indiquer les territoires retenus dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt » ont déclaré le ministre Jacques MEZARD et le secrétaire d’Etat Julien DENORMANDIE.