Cités éducatives

Les cités éducatives ont pour objectif une mobilisation de tous les acteurs de la communauté éducative – État, collectivités locales, parents, associations, intervenants du périscolaire, travailleurs sociaux, écoles et collèges… – autour de l’école pour améliorer les conditions d’éducation dans les quartiers défavorisés.

Mis à jour le 05/09/2019

Contenu

Qu’est-ce que le label cité éducative

L’idée des cités éducatives, venue du terrain, c’est d’organiser la galaxie des acteurs autour de l’école : enseignants et parents qui sont les premiers concernés, mais aussi animateurs ou médiateurs municipaux, travailleurs sociaux, professionnels des PMI, référents de parcours ou de soutien scolaires, éducateurs sportifs, bibliothécaires, Atsem, etc. En somme, tous ceux qui partagent les mêmes valeurs et peuvent contribuer à la continuité éducative, dès la petite enfance. Chacun dans son rôle, mais en recherchant la cohérence et l’efficacité sur la durée.

Quel est le rôle de ces cités éducatives

Chaque projet de cité éducative devra être à la fois global et ambitieux. Trois champs clés seront identifiés : conforter le rôle de l’école et la réussite scolaire (climat scolaire, carte scolaire et renouvellement urbain, structuration des réseaux, innovation pédagogique, formation et fidélisation des équipes, orientation, soutien scolaire…), assurer la continuité éducative dans le temps périscolaire (ouverture de places de crèche et convergence du travail social dès la petite enfance, offre éducative personnalisée de sport, culture ou loisir, persévérance scolaire et raccrochage…) et ouvrir le champ des possibles en impliquant des établissements culturels, des entreprises, le numérique, les déplacements, etc. En somme, élargir les horizons pour que les enfants puissent se projeter en dehors de leur quartier et dans des métiers plus ouverts que ceux qu’ils connaissent par leurs parents et leur milieu.

 

Pour répondre à cette ambition, les cités éducatives appuieront des projets pensés et pilotés localement, selon les besoins de la population, avec les ressources et les acteurs du territoire, au premier rang desquels les communes concernées, avec leurs agglomérations, département et région. Ces projets s’inscriront dans une ambition nationale, portée le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales et par le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, en lien avec l’Anru, la Délégation interministérielle de prévention et de lutte contre la pauvreté et les autres ministères concernés, par exemple l’Enseignement supérieur, la Culture, la Santé ou la Formation.

Mobilisation des acteurs de l'éducation dans les quartiers poliique de la ville

Où et quand les cités vont-elles se mettre en place

Ce label s’adresse, en priorité, aux grands quartiers prioritaires, en renouvellement urbain et sans mixité scolaire, soit 80 sites en métropole et outre-mer. On y trouve des villes déjà exemplaires dans leur action éducative, qui seront des locomotives pour mobiliser autour de ce projet d’ampleur.

Le label de cité éducative vise d’abord la reconnaissance de l’ambition éducative du territoire et de l’attractivité du système éducatif pour les parents, les jeunes et les professionnels. Il permettra aussi d’obtenir un appui en ingénierie et un soutien financier de l’État, en plus des moyens mobilisés localement. Le projet de loi de finances 2019 prévoit ainsi une enveloppe de 34 millions d’euros dédiée au programme des cités éducatives et d’autres mesures qui pourront y contribuer directement, en plus des moyens des autres ministères.

Pour donner aux cités éducatives les moyens d’agir, le ministère chargé de la Ville mobilisera 100 millions d’euros de crédits sur trois ans, de 2020 à 2022, et le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse met à disposition des acteurs locaux une ingénierie renforcée.

Carte des 80 cités éducatives

Crédits : CGET

Sujet