Dans le Perche, le contrat de ruralité impulse une dynamique

25 janvier 2018

Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, s’est rendu en Eure-et-Loir, le 22 janvier 2018. Située en Centre-Val de Loire, entre le Massif armoricain et le bassin parisien, le Perche a réussi à enclencher une dynamique de développement, impulsée par le contrat de ruralité. Dynamique qui s’accompagne aussi par l’implantation de Maisons de services au public et par la volonté d’engager les villes moyennes du département dans le plan national « Action cœur de ville ».

Le contrat de ruralité dans le Perche

Initié dès 2016, le contrat de ruralité du Perche rassemble 11 communes et représente près de quatre millions d’euros d’investissements publics au total. Ce dispositif permet de coordonner l’action de la Région et de l’État dans le but de revitaliser les centres-bourgs et de soutenir l’investissement des collectivités, par exemple, en soutenant des projets partagés autour d’aménagements d’espaces publics et de services, de la revitalisation commerciale ou de la reconquête des logements vacants, de l’aménagement d’infrastructures sportives ou encore de la réhabilitation et de valorisation du patrimoine du Perche pour promouvoir cette destination touristique. Aujourd’hui 450 contrats de ruralité sont mis en place dans toute la France


La Région veut s’engager dans l’expérimentation « Action cœur de ville »

Une dynamique que le plan national « Action cœur de ville » devrait conforter. Lancé par Jacques Mézard, le 15 décembre dernier en Aveyron, il prévoit des actions et des moyens supplémentaires : cinq milliards d’euros sur cinq ans pour redynamiser les centres de villes moyennes.

La région Centre-Val de Loire souhaite engager ses villes moyennes dans l’expérimentation nationale. En Eure-et-loir Chartres, Dreux, Nogent-le-Rotrou ou Châteaudun pourraient remplir les critères.

Le ministre a profité de sa rencontre avec des commerçants de Nogent-le-Rotrou pour présenter les mesures de ce plan, notamment concernant l’attractivité et la redynamisation commerciale des villes moyennes.

« Il y a des villes moyennes qui se portent très bien. Nous souhaitons venir en aide à celles qui sont en décrochage du fait de problèmes d’accessibilité, de vacance de logements et de commerce. L’accumulation de ces facteurs entraîne leur affaiblissement au profit des territoires voisins, notamment des métropoles. Ce plan, construit avec les associations d’élus locaux, vise à leur faciliter la tâche en accompagnant leurs projets de redynamisation » Jacques Mézard

Action cœur de ville – Dossier de presse (15 décembre 2017) 

L’État impliqué auprès des collectivités du territoire

Au cours de cette journée, Jacques Mézard a également rencontré plusieurs entreprises du territoire, présentes aux tables rondes de la Conférence de développement du Perche, comme la Fnac et B Braun. Auparavant, en début de matinée, il avait visité le chantier de réhabilitation des anciens abattoirs de Nogent-le-Rotrou, qui accueilleront dans les prochains mois un atelier de découpe de viande du groupe Vallégrain.

Cette entreprise a d’ailleurs déposé une demande d’aides d’État, la Prime d’aménagement du territoire (PAT) pour soutenir ses projets d’investissement et de création d’emplois. Dans ce département, quatre entreprises ont déjà bénéficié de la PAT pour un montant total de près de 1,8 million d’euros afin de créer 616 emplois locaux. 

Autre signe de la forte implication de l’État, le déploiement des Maisons de services au public. Le département en compte douze et six maisons supplémentaires sont en projet, avec l’appui des collectivités de Brou, Anet, Epernon, Courville-sur-Eure, Châteauneuf-en-Thymerais… En 2017, environ 2 600 habitants et usagers du département ont utilisé les services de proximité rassemblés dans ces Maisons. Consulter le site des Maisons de services au public.

La Prime d’aménagement du territoire

Les maisons de services au public