Des actions soutenues par l’État pour la cohésion des territoires

4 mai 2018

Le Premier ministre, accompagné de Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, s’est rendu à Vierzon, le 3 mai dernier. L’occasion notamment de faire le point sur les actions déployées en faveur des zones rurales, des villes moyennes et des quartiers prioritaires et de leurs habitants, dans le département du Cher. Comment l’État accompagne-t-il ces territoires, dans toutes leurs diversités et selon leurs besoins ? Éclairage.

« Il ne faut pas opposer les territoires. Ma conviction : tout ne peut fonctionner que si on cherche les complémentarités plus que les oppositions  », a déclaré Édouard Philippe, le Premier ministre, lors de la signature du projet de partenariat « Action cœur de ville » avec la ville de Vierzon, en présence de Jacques Mézard qui porte ce plan national.

Vierzon et Bourges, des villes moyennes bénéficiaires du plan national « Action cœur de ville »

Un levier de redynamisation pour leurs centres-villes qui, comme à Bourges (66 500 habitants), perdent des habitants au profit de la périphérie, ce qui entraîne une vacance de logements et une dégradation du bâti dans son centre historique, ainsi qu’un fort taux de vacance commerciale (17,23 % de commerces vides).
Dans la commune de Vierzon (27 000 habitants), la population s’avère plus âgée que dans le reste du département et plus pauvre également, et son centre-ville est dégradé (avec un taux de vacance commerciale de 22,6 %).

« Avec le plan « Action cœur de ville », le Gouvernement fait de la consolidation des villes moyennes l’une des priorités du quinquennat, et il réaffirme une ambition commune : répondre aux préoccupations des citoyens. »
Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires

Soutenues par le plan national – qui va mobiliser un total de 5 milliards d’euros sur cinq ans –, ces deux villes moyennes vont pouvoir construire leurs projets de territoire et leurs actions de revitalisation autour de cinq axes structurants pour leur attractivité  :

  • réhabilitation-restructuration de l’habitat en centre-ville ;
  • développement économique et commercial équilibré ;
  • accessibilité, mobilité et connexions ;
  • mise en valeur de l’espace public et du patrimoine ;
  • accès aux équipements et aux services publics.

Le dossier "Action coeur de ville" sur le site du CGET

Politique de la ville

Le département du Cher compte trois communes regroupant des quartiers prioritaires de la politique de la ville, où résident 18 127 habitants (soit 5,8 % de la population départementale) : Bourges, Vierzon et Saint-Amand-Montrond.
Le quartier de Bourges Nord est retenu dans le Nouveau programme nationale de renouvellement urbain, au titre des projets d’intérêt national, et il bénéficie des Réseaux d’éducation prioritaire et du Programme de réussite éducative.
La ville de Bourges perçoit, en 2018, une dotation de solidarité urbaine et de cohésion sociale (DSU) de 4 217 686 €, en augmentation de 5,53 % par rapport à 2017. Et la ville de Vierzon, de 1 191 801 €, en augmentation de 7,76 % par rapport à 2017.

Le programme de revitalisation des « centres-bourgs » compte un lauréat dans le département du Cher : la commune de Châteaumeillant (2 053 habitants). Cette démarche s’inscrit dans un projet de développement démographique et économique durable de ce territoire rural.
Grâce à un financement de 128 000 € du Fonds national d’aménagement et de développement du territoire (Fnadt), la commune a pu, par exemple, procéder à la rénovation du jardin de son musée archéologique, créer une signalisation touristique et commerciale, mettre aux normes de sa station d’épuration ou réaliser la réfection du sol du gymnase… En savoir plus sur le programme de revitalisation.

Le site Centre-bourgs, programme de revitalisation

En 2017, deux contrats de ruralité ont été signés dans le Cher

Ils permettent aux territoires ruraux de promouvoir des projets de développement équilibré.

  • Celui du Pays Loire Val d’Aubois, qui fédère 50 communes et environ 26 000 habitants, va permettre de soutenir 26 projets d’ici 2020, avec le soutien de l’État (2 396 260 € au total) : soutien aux filières d’éco-activités et circuits courts dans l’agriculture locale ; mise en réseaux des acteurs économiques, éducatifs et sociaux ; renforcement de l’attractivité des logements en centres-bourgs ; développement de moyens de transports durables ; accès aux services au public de proximité ; amélioration de l’offre de soin ; valorisation du patrimoine du pays ; soutien aux initiatives intergénérationnelles et à l’accueil de la petite enfance… En savoir plus sur ce contrat de ruralité.
  • Celui du Pays Sancerre-Sologne, composé de 62 communes rurales, s’articule autour de 30 projets pour lesquels le financement de l’État s’élève, au total, à 1 880 099 €.

Des solutions pour rendre accessibles les services au public

Pour permettre aux habitants, notamment des zones rurales du Cher, d’accéder aux services de proximité 14 Maisons de services au public ont été déployées, avec le soutien de l’État. Et le schéma départemental d’amélioration de l’accessibilité des services au public du Cher cible 18 Maisons, au total. Par ailleurs, le département compte 7 maisons de santé pluriprofessionnelles, dont l’une à Bourges.

Bientôt, une mission à Sancerre, ville de patrimoine

Une mission « Aider », le dispositif d’Accompagnement interministériel au développement et à l’expertise en milieu rural, va être prochainement installée pour appuyer les projets de Sancerre et de son territoire. Ce soutien en ingénierie s’effectuera dans le cadre de l’expérimentation engagée, par le Premier ministre, auprès de 17 villes petites et moyennes à forte dimension patrimoniale.