Discours de Cécile Duflot - Célébration du centenaire de la loi Bonnevay

23 novembre 2012 | Mis à jour le 22 août 2013


Madame la présidente de l’Union sociale pour l’habitat,
Messieurs les présidents des fédérations,
Monsieur le directeur général de la Caisse des dépôts et consignations,
Mesdames et messieurs les élus,
Mesdames et messieurs,


C’est un grand plaisir pour moi que de me tenir devant vous ce soir à l’occasion du centenaire de cette loi fondatrice pour notre modèle du logement social qu’est la loi Bonnevay.


Je crois profondément en l’importance de l’Histoire, en l’importance de connaître le passé avant de se tourner vers l’avenir. Alors que la crise économique touche nos concitoyens, que les difficultés auxquelles nous devons faire face sont réelles, il n’est jamais inutile de prendre le temps de regarder derrière soi, de se rappeler des actions de nos prédécesseurs, de leur contexte, et du sens qu’ils donnèrent aux décisions qui dessinent cent ans plus tard le cadre dans lequel nous agissons.


La loi Bonnevay marque l’une de ces décisions fondamentales qui donne encore aujourd’hui, plus d’un siècle plus tard, une orientation essentielle aux politiques du logement en France.


Cette orientation, c’est celle du service public du logement social.


C’est le choix de donner aux communes et aux départements le pouvoir de demander la création d’établissements publics en charge de construire et de gérer des logements.


C’est le choix de ne pas laisser le secteur privé assumer seul la mission de loger les ménages salariés modestes.
C’est la décision de donner naissance aux offices publics d’habitations à bon marché dont vous êtes aujourd’hui, cent ans plus tard, les légataires.


Ce choix fort, voté à l’unanimité par la chambre des députés, constituait un message simple. L’habitat n’est pas un bien marchand comme les autres. Il ne peut pas être laissé à la seule main d’un patronat paternaliste, soucieux de loger sa main d’œuvre. Mais au contraire, la puissance publique, via les collectivités, doit en être l’acteur direct.


Retrouver l’intégralité du discours de Cécile Duflot - ( PDF - 112.1 ko )