Discours de clôture de la 24e convention nationale de l’intercommunalité de l’Assemblée des communautés de France (ADCF)

7 octobre 2013

Monsieur le Président,
Mesdames, messieurs les élus,
Mesdames et messieurs,

C’est pour moi un véritable plaisir d’être présente à vos côtés à l’occasion de cette 24e convention nationale de l’intercommunalité. Parce que quiconque porte un intérêt réel aux territoires de notre pays ne peut ignorer à quel point les enjeux qui sont les vôtres sont déterminants pour l’avenir de notre pays.

Votre action quotidienne, consiste à démêler l’écheveau des problèmes complexes rencontrés par nos territoires, à tenter d’inventer de nouvelles solutions face aux questions majeures de notre temps au premier rang desquelles la question de la cohésion sociale. Comment, en quelque sorte continuer à construire une destinée commune pour les habitantes et les habitants de notre pays.

Une nation n’est pas une matière intangible, dont les limites et la forme une fois fixées seraient à tout jamais acquises. Une nation à une histoire, une culture, une manière propre de s’inscrire dans le courant du monde. La France a ceci de particulier que l’idée nationale s’y confond depuis plus de deux siècles avec l’idée républicaine.

Et bien cette idée républicaine est aujourd’hui menacée, battue en brèche, affaiblie par les tensions, minée de l’intérieur par la violence des difficultés sociales vécues par nos concitoyens. Notre Gouvernement a pour mission, en menant une politique territoriale résolue et novatrice de contenir la montée des pulsions sécessionistes et la tentation du chacun pour soi. Alors, sachez que pour la ministre que je suis devenue, comme pour la militante que je demeure, votre expérience est absolument indispensable pour nourrir et enrichir les politiques publiques mises en place par le ministère de l’Égalité des territoires et du Logement.


Télécharger le discours de Cécile Duflot : 24e convention nationale de l’intercommunalité (PDF- 86.5 ko)