Discours de Jacques Mézard : Remise du 23ème rapport de la Fondation Abbé Pierre sur le mal logement

30 janvier 2018 | Mis à jour le 31 janvier 2018

Monsieur le Président, Monsieur le Délégué général, Madame et Monsieur les Ministres, Madame la Maire de Paris, Mesdames et Messieurs les parlementaires, Mesdames, Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les Présidents et directeurs d’associations, Mesdames et Messieurs,

L’Abbé Pierre avait dit : « si je meurs demain matin, tout est organisé pour continuer sans aucun souci, je n’ai aucune inquiétude ». Vous lui avez donné raison. Car vous êtes là. Des centaines de femmes et d’hommes qui dédiez votre vie ou votre temps libre au combat initié par cet être d’exception et mené par lui-même durant tant d’années. Vous vous engagez contre les exclusions, contre les inégalités, contre la pauvreté. Et si je suis venu ici, aujourd’hui, c’est avant toute chose pour vous remercier du travail que vous effectuez au quotidien au service des plus précaires.

C’est la première fois que je prends la parole devant vous comme Ministre de la Cohésion des territoires. Et je le fais avec humilité car je mesure la responsabilité qui est la mienne.

Nous savons tous ici que les difficultés du pays ne datent pas de quelques mois et que les efforts des gouvernements successifs, des collectivités et des associations ont été réels. Pourtant, la situation sur le terrain reste exceptionnellement tendue, comme le montre votre 23ème rapport annuel que vous présentez aujourd’hui. 

Je vous le dit très clairement : le mal-logement est un enjeu national et une responsabilité collective. Dans ce combat, nous savons combien est essentielle l’action de la Fondation Abbé Pierre, avec qui j’ai tenu à entretenir un dialogue régulier, franc, constructif, depuis le premier jour de ma nomination. Je ne peux que saluer votre engagement.

Un an auparavant, celui qui n’était alors que candidat à l’élection présidentielle, était venu vous voir. Il s’était tenu ici devant vous, à l’occasion de la remise de votre rapport. Le logement, disait Emmanuel Macron, ce n’est pas qu’un endroit où vivre et dormir. C’est bien plus que cela. C’est un droit fondamental, une composante de la dignité humaine. Un logement, confère une place dans la société.

C’est pourquoi le Président de la République a pris un engagement très clair devant les Français : celui d’offrir un toit décent à celles et ceux qui n’en ont pas.

Cet engagement, le Président l’a réitéré devant les Français à l’occasion de ses vœux. Avec Julien DENORMANDIE, mon secrétaire d’Etat, nous y dédions toute notre énergie. Je vous le dit très tranquillement : oui, il reste des situations inacceptables, que je n’accepte pas plus que vous. Et devant lesquels nous ne restons pas sans rien faire. Aussi, je veux vous dire en toute franchise où nous en sommes.

L’hébergement des personnes les plus fragiles est un enjeu majeur de solidarité nationale, avec encore plus d’acuité en période hivernale.

Téléchargez l’intégralité du discours de Jacques Mézard pour la remise du 23ème rapport de la Fondation Abbé Pierre sur le mal logement (PDF- 421.4 ko)