Grand prix de l’urbanisme 2012

20 décembre 2012| Mis a jour le 30 octobre 2013

Cécile Duflot, ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, a participé à la proclamation des résultats du palmarès des jeunes urbanistes et a remis le grand prix de l’urbanisme 2012 à François Grether.

La diversité du parcours des membres des équipes lauréates du palmarès des jeunes urbanistes, (économistes, architectes, philosophes, ingénieurs, paysagistes, géographes, urbanistes…) a été relevée par la ministre : « Vous représentez l’avenir et la capacité à relever les défis qui sont les nôtres. Tâche ardue mais exaltante. Nous avons besoin de vos talents et de vos approches conjuguées sur les territoires pour revaloriser les quartiers dégradés, retisser les espaces morcelés, offrir des lieux capables d’accueillir un habitat de qualité pour tous nos concitoyens, offrir un accès à la nature et aux loisirs, accompagner la mutation des secteurs industriels, préparer l’adaptation au changement climatique et surtout créer une ville douce et équitable pour tous. »

Pour saluer le travail de François Grether, récompensé par le grand prix de l’urbanisme et la publication de l’ouvrage « La ville sur mesure », Cécile Duflot a insisté sur l’importance du bon dimensionnement des villes. « Pour trouver la juste mesure de ses espaces publics, le bon équilibre entre le neuf et l’ancien, et qui recrée les liens avec le paysage et la géographie. « La ville sur mesure » est aussi une ville économe, favorable au vivre-ensemble, à l’équité sociale et territoriale. Elle sait prendre en compte les oubliés de l’urbanisme : les lotissements lointains, mal aménagés ou délaissés au gré des initiatives diverses, et les villes petites et moyennes, obligée de faire beaucoup avec parfois bien peu. Cette ville-là appelle des stratégies urbaines fortes qui donnent un cas clair aux projets, petits et grands, du moindre équipement public aux quartiers de toute taille. Cette ville se préoccupe d’une mobilité aisée, de l’accès aux ressources énergétiques. Cette ville est prête pour demain. »

Le grand prix de l’urbanisme n’est pas une simple récompense mais l’occasion de réfléchir et de refonder l’avenir de l’urbanisme durable. La ministre a souligné trois thèmes porteurs relevés au cours des débats précédant la remise des prix :

  1. Formes urbaines, économie des sols, architecture et règles. Relier ces sujets et démontrer le lien entre le talent des urbanistes pour inventer les villes de demain et l’art de préserver les ressources. Pour une architecture qui sert la ville tout en étant inventive et créative au service des enjeux urbains.
  2. Grands territoires, équité territoriale et longue durée . Changer de braquet pour gérer la ville à l’échelle qui est la sienne, tout en tournant le dos à l’étalement urbain. Penser les grands territoires pour défendre l’équité et l’égalité des territoires en articulant modes de vie, logement, rapport à la nature et transports.
  3. L’économie de l’aménagement de demain et le questionnement sur la ville sur mesure qui a traversé tous le débat. Mesure des efforts pour un résultat le plus performant possible, mesure de la consommation des sols, mesure des solidarités, des mutualisations à réussir pour créer une ville équitable.

Lors de la cérémonie, Marcel Roncayolo a également été récompensé pour l’ensemble de son oeuvre. L’occasion pour la ministre de mettre en avant l’importance de la capacité des villes à résister aux crises, cette résilience fortement présente dans le travail de Marcel Roncayolo.