Grand Prix de l’urbanisme 2018 : l’agence Ter récompensée

18 décembre 2018| Mis a jour le 15 janvier 2019

Le Grand Prix de l’urbanisme 2018 a été remis à Henri Bava, Michel Hössler et Olivier Philippe, les trois associés de l’agence Ter par Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, le 11 décembre 2018 au palais Brongniart, à Paris.

Jacqueline Gourault félicite l’agence Ter, lauréate du Grand Prix de l’urbanisme 2018

Paysage, urbanisme, architecture, infographisme, géographie, sociologie, scénographie… résolument pluridisciplinaire, l’agence Ter est composée d’une équipe d’une cinquantaine de personnes de quinze nationalités différentes. Elle déploie actuellement une centaine de projets dans une dizaine de pays.

« Les urbanistes sont indispensables à l’amélioration du cadre de vie. Nous devons les mobiliser et leur donner les moyens pour que ce cadre continue à donner envie dans une vision holistique, pour qu’ils stimulent les politiques publiques, qu’ils élargissent les problématiques à l’environnement et la transition écologique, qu’ils assurent la spatialité et la temporalité des échanges socio-économiques. » Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales

Jacqueline Gourault a salué l’agence Ter, premier collectif à recevoir le Grand Prix de l’urbanisme : « Votre association tierce et votre savoir-faire, dépasse les frontières des territoires nationaux et offre des concepts urbains renouvelés par l’approche paysagère et écologique. La richesse de vos projets peut contribuer à renforcer le savoir sur les modes de faire en urbanisme. Je salue votre engagement dans la transmission des savoirs, en tant qu’enseignants et en tant que conseils auprès d’acteurs locaux, de maîtrises d’ouvrages éclairées, et aussi de jeunes générations, étudiants ou collaborateurs. »

Le Grand Prix de l’urbanisme
Créé en 1989, le Grand Prix de l’urbanisme distingue chaque année une personnalité reconnue par un jury international. Il valorise l’action des professionnels qui contribuent à fabriquer au quotidien la ville, et notamment la ville durable.

Le site internet de l’agence Ter 

Voir aussi : Grand Prix de l’urbanisme : présentation et lauréats depuis 2008 

Palmarès des jeunes urbanistes : cinq lauréats également récompensés

L’évènement du 11 décembre a été aussi l’occasion de récompenser les cinq lauréats du Palmarès des jeunes urbanistes, valorisant ainsi la capacité de la jeune génération à répondre aux questions actuelles d’aménagement des territoires.

Tous ont pu participer aux tables rondes qui ont précédé la cérémonie. Les débats animés par Ariella Masboungi, architecte et urbaniste, Grand Prix de l’urbanisme 2016 portaient sur des thèmes chers aux lauréats du Grand Prix :

  • Construire le projet par les sols vivants, avec Emilie Cam, architecte et urbaniste de l’Etat ; Gilles Gallinet, géologue HEKLADONIA ; Jérémy Gouellou, urbaniste, TICA, PJU 2018 ;
  • La géographie comme outil du projet partagé, avec Eric Bazard, directeur général de la Société publique locale des Deux-Rives à Strasbourg et président du Club Ville Aménagement ; Gilles Huchette, directeur d’Euralens et agriculteur, PJU 2018 ; Simon Lacourt, paysagiste, Caudex, PJU 2018 ; Thomas Sieverts, architecte et urbaniste de « l’Entre-ville » (Zwischenstadt) ;
  • Une promesse d’avenir : la résilience, avec Lou Bellegarde, architecte, Particules, PJU 2018 ; Guillaume Hebert, Une Fabrique de la Ville ; Jean Rodet, architecte, Concorde, PJU 2018 et Johanna Rolland, mairesse de Nantes, présidente de Nantes Métropole.

Cet évènement a été l’occasion pour la ministre, Jaqueline Gourault de réaffirmer l’importance de la place des urbanistes dans la fabrique des territoires. Elle a également insisté sur l’urgence de mettre en œuvre les moyens d’une coproduction avec les acteurs locaux et les habitants propres à satisfaire les besoins de tous.

Les lauréats du Palmarès des jeunes urbanistes

  • CAUDEX (Lyon) : Simon Lacourt et Clément Bollinger, paysagistes associés, visent à renouveler la manière de dessiner et d’entretenir des morceaux de paysage dans une démarche écosystémique. À l’échelle du quartier, l’espace public peut être productif, pour qu’il représente non plus seulement un coût pour la collectivité mais bien une ressource vivante. Depuis juillet 2017, Caudex met en œuvre cette « utopie » à travers un démonstrateur de paysage productif situé dans l’Ain.
  • CONCORDE (Marseille) : Nicolas Persyn, urbaniste, géographe, Adrien Zlatic, architecte, gérant, Jean Rodet, architecte, gérant et Simon Moisière, architecte, utilisent le foncier comme outil de lecture d’un territoire, de son histoire, de sa capacité à évoluer. L’équipe exerce à Marseille à la suite du concours Europan gagné en 2015, elle met en œuvre le plan d’Aou des espaces publics d’un grand ensemble marseillais.
  • GILLES HUCHETTE (Lens), urbaniste, développeur territorial et agriculteur (d’endives bio). Né à Lens, il œuvre pour sa ville au sein d’Euralens dont il devient le directeur début 2018. C’est une structure de gouvernance associative de développement territorial qui couvre un ensemble urbain de près de 600 000 habitants. Ancré à Lens, il met en mouvement le territoire qui promet de devenir un nouvel attracteur pour tous ses habitants.
  • PARTICULES (Paris) : Lou Bellegarde et Fabienne Boudon, architectes, co-gérantes, résolument européennes, elles recherchent dans leurs projets une complémentarité entre processus et actions concrètes, entre vision politique et sensibilité géographique et environnementale. Elles s’intéressent à l’urbanisme des communs, entendus comme l’énonciation d’éléments fixes structurants, car partagés, laissant place à un système ouvert. Entre Paris et Berlin, elles ont à leur actif des plans de stratégies territoriales à l’échelle métropolitaine.
  • TICA (Nantes) : Jérémy Gouellou, urbaniste et architecte Marie Périn, Charles Coiffier et Grégoire Barraud, architectes, utilisent sans modération l’arpentage – vecteur de projets – et la vidéo – outil d’investigation, de formalisation, de diffusion et d’échange. Ils s’intéressent à l’urbanisme de tous les jours au plus près des habitants. L’équipe a réalisé plusieurs projets de petite échelle liés aux loisirs (éco-hameau, chambres d’hôtes, aménagement de base de loisirs, etc.).

Le Palmarès des jeunes urbanistes