Grand Prix de l’urbanisme

Publié le mercredi 24 mai 2017

Le Grand Prix de l’urbanisme, décerné par un jury international, récompense chaque année des acteurs importants de la ville et ville durable. Ce prix est également l’occasion de débattre et de dégager de nouvelles pistes pour l’avenir.

Grand Prix de l’urbanisme 2017

24 mai 2017 | Mis à jour le 6 février 2018

Le jury du Grand Prix de l’urbanisme 2017 a récompensé à une large majorité Pierre Veltz, ingénieur, sociologue et économiste. Le Grand Prix lui a été remis par Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, lors d’une cérémonie officielle le 18 décembre 2017 au palais Brongniart, à Paris.


 Interview de Pierre Veltz par Ariella Masboungi, 18 décembre 2017

En récompensant Pierre Veltz, le jury a souhaité saluer un chercheur engagé dans l’urbanisme. Il a tenu à souligner son intégrité et son engagement au service de la recherche et de l’urbain ainsi que sa stature et son influence internationales, sa qualité exceptionnelle d’entrepreneur scientifique ; sa transversalité et sa capacité de mise en synergie des composants de l’urbanisme. Le message porté par le choix du jury insiste sur l’interrelation étroite entre l’aménagement du territoire et l’urbanisme à toutes les échelles.

Biographie de Pierre Veltz

Né à Phalsbourg en 1945, Pierre Veltz a créé et dirigé la recherche à l’École des ponts dans les années 1980. Créateur, en 1985, du « Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés » (LATTS), il a contribué, en lien avec la DATAR, à refonder une doctrine de l’aménagement du territoire résolument pro urbaine, revalorisant le rôle de Paris et des métropoles.

De 1999 à 2004, directeur de l’École des ponts, il y élargit la place des sujets urbains et environnementaux et contribue au lancement du Polytechnicum de Marne-la-Vallée, avec l’idée de créer un grand pôle centré sur les villes et les territoires. Il a ensuite dirigé l’Institut des hautes études de développement et d’aménagement des territoires (IHEDATE), cycle de formation pour les professionnels.

En 2008, Pierre Veltz dirige la mission d’études sur le Grand Paris auprès de Christian Blanc et participe à la mise en place du Grand Paris, du Grand Paris Express ainsi qu’à la consultation des urbanistes. À partir de 2009, chercheur confirmé, il s’immerge dans le projet de Saclay, d’abord comme délégué ministériel puis comme président-directeur général de l’établissement public d’aménagement et de développement. Outre le pilotage d’une opération d’une ampleur et d’une ambition inégalées – la Silicon Valley française, il a notamment lancé à Saclay des projets innovants dans les domaines de l’environnement et du numérique.
Il a publié de nombreux livres et articles sur les formes et les facteurs du développement technologique, économique et social.

Composition du jury

Président du jury : Paul Delduc, directeur général de l’aménagement, du logement et de la nature (DGALN).

Les élus : Emmanuel Couet, président de Rennes Métropole ; Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole.

Les personnalités internationales : Oriol Clos, architecte et urbaniste, Barcelone ; Paola Viganò, Grand Prix de l’urbanisme 2013, Milan.

Les professionnels qualifiés : Marie-Douce Albert, journaliste au Moniteur ; Éric Bazard, directeur général de la SPL Deux-Rives ; Alain Bourdin, chercheur et professeur à l’École d’urbanisme de Paris, directeur de la Revue internationale d’urbanisme ; Romain Champy, Euralille, Palmarès des jeunes urbanistes 2016 ; Alexandre Chemetoff, Grand Prix de l’urbanisme 2000 ; Antoine Loubière, rédacteur en chef de la revue Urbanisme ; Ruth Marquès, présidente de section au Conseil général de l’environnement et du développement durable ; Ariella Masboungi, Grand Prix de l’urbanisme 2016 ; Jacqueline Osty, paysagiste, Grand Prix du paysage 2005 ; Marion Talagrand, Palmarès des jeunes urbanistes 2007 ; Isabelle Vallentin, Directrice générale de Sequano ; Agnès Vince, directrice chargée de l’architecture, adjointe au directeur général des patrimoines, ministère de la Culture et de la Communication.

Site internet de Pierre Veltz

CÉRÉMONIE DU 18 DÉCEMBRE 2017

Les débats

La cérémonie officielle a été précédée d’un après-midi de débats, animés par Ariella Masboungi, architecte urbaniste, autour de thématiques chères au lauréat :

  • « Le projet urbain au défi de la pensée écologique », avec Antoine Picon, ingénieur, architecte et historien, et Marion Talagrand, paysagiste urbaniste.
  • « Faut-il réinventer l’aménagement ? », avec Adeline Chambe, urbaniste, mairie de Paris, Lise Mesliand, architecte urbaniste, et Jean-Louis Subileau, gérant de Une fabrique de la ville.
  • « L’échelle France et l’alliance des territoires », avec Emmanuel Couet, président de Rennes Métropole, Philippe Estèbe, géographe et sociologue, et Gilles Huchette, urbaniste, chef de projet à Euralens.

GPU 2017 - Les débats

GPU 2017 - Les débats (PDF- 4.8 Mo)

La remise du prix

La cérémonie officielle de remise des prix a été ouverte par le discours du ministre.

Le ministre a salué l’intégrité et l’engagement de Pierre Veltz, dont il apprécie le « sage bouillonnement d’idées » : « Les liens entre le monde de la recherche et le monde politique sont d’autant plus nécessaires à une époque où les approximations, les mensonges ou autres théories du complot atteignant le cœur même de nos démocraties : la capacité à distinguer le vrai du faux. »

Le ministre a affirmé qu’il n’y aurait « pas de métropoles gagnantes qui choisiraient la voie de l’égoïsme métropolitain. La ville ne peut se dissocier du territoire qu’elle irrigue et les territoires ne sauraient vivre sans les villes. Le territoire doit être pensé comme un tout, dont l’objectif également de limiter l’étalement urbain et réinvestir les espaces déjà urbanisés en préservant les espaces ouverts, agricoles et forestiers. » Il a enfin exprimé la vision transversale de son ministère pour éviter que soient dissociés le logement, la ville, l’aménagement du territoire et pour « penser ensemble leurs défis, leurs transitions et leur cohésion ». Et avant de conclure, le ministre a salué la très haute qualité des trois autres personnalités retenues par le jury : Jacques Lévy, géographe et chercheur, Philippe Madec, architecte et urbaniste, Alfred Peter, paysagiste et urbaniste.

Discours de Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires

Enfin, en clôture de la cérémonie, Pierre Veltz a profité de la tribune qui lui était accordée pour plaider en faveur d’une meilleure prise en compte de cet « urbanisme du quotidien », dont le giratoire est à ses yeux la figure star incontestée : « Qui nous condamne à ce désastre des entrées de villes ? », s’interroge-t-il. Il a également manifesté son refus de la rengaine facile d’une France à deux vitesses : la France des métropoles, élitiste et prospère, et la France oubliée des villes moyennes et des villages : « Cette opposition binaire ne tient pas ! ». Enfin, il a réitéré sa proposition de créer une agence d’urbanisme France pour traiter à l’échelle adéquate les sujets transversaux que sont l’énergie, la logistique, l’agriculture ou le numérique.

Et de conclure par sa définition de l’urbanisme : « La volonté d’aider à la fabrication de villes plus aimables, plus écologiques, mais plus justes et démocratiques. »

GPU 2017 - Le discours de Pierre Veltz (PDF- 91 ko)

Publication

Villes et territoires en diagonale, Pierre Veltz, Grand Prix de l’urbanisme 2017

Publié à l’occasion de l’événement « Grand Prix de l’urbanisme », le livre Villes et territoires en diagonale (Éditions Parenthèses, Marseille) a donné à Pierre Veltz, ingénieur, sociologue et économiste, l’occasion d’aborder des sujets qui lui tiennent à cœur : la capacité de la France à affronter le triple défi de la mondialisation, de la révolution numérique et de la mutation écologique ; l’évolution des relations entre Paris et les capitales régionales ; la possibilité d’une « métropole France en réseaux » qui ne ferait pas l’impasse sur la ruralité et les territoires peu denses ; l’avenir de la métropole francilienne ; l’avenir du travail et de l’industrie ; l’idée d’une « Agence France » qui penserait le territoire national comme un projet.

Le livre met également à l’honneur les trois nominés au Grand Prix de l’urbanisme : Jacques Lévy, géographe et chercheur, favorable à un territoire dense et économe, Philippe Madec, architecte urbaniste qui a anticipé le développement durable avant la lettre comme mode de pensée et d’action et Alfred Peter, paysagiste engagé dans le durable et le rôle des transports comme moteur de l’urbanité frugale.

Retrouvez cet ouvrage sur le site des Éditions Parenthèses