Grande-Synthe : suite de l’incendie du camp humanitaire de la Linière

12 avril 2017

Un incendie a ravagé le camp humanitaire de la Linière à Grande-Synthe dans la nuit du lundi 10 et du mardi 11 avril. Ce camp, soutenu financièrement par l’État, était en cours de resserrement et de sécurisation lorsque des violences internes ont éclatées et ont données suite au sinistre qui l’a détruit irrémédiablement.

Matthias Fekl, ministre de l’Intérieur, et Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, se sont rendus sur place mardi en fin d’après-midi pour saluer les forces de sécurité et de secours, ainsi que les personnels associatif et communal. Leur réaction rapide et exemplaire a permis d’éviter le pire.

Grâce à la mobilisation des élus locaux et des services de l’État, la grande majorité des victimes de l’incendie a été mise à l’abri après le sinistre. Plus de 1200 personnes ont été hébergées en urgence dans des salles communales. Trois gymnases ont été mobilisés à Grande-Synthe, dont un qui abrite 176 personnes dites vulnérables, principalement des familles avec enfants. Les villes de Dunkerque et de Craywick ont chacune mis à disposition un gymnase.

Dans le cadre de la politique nationale d’accueil des migrants, les ministres vont demander aux Préfets, sous le pilotage du Premier ministre et dans le cadre d’une visioconférence exceptionnelle à 17h ce mercredi, d’accélérer la mise à disposition de places en Centres d’Accueil et d’Orientation (CAO). L’objectif est de pouvoir accueillir rapidement toutes les personnes sinistrées sur tout le territoire français et leur permettre d’entrer dans le parcours de la demande d’asile. Les premières orientations en CAO auront lieu dès aujourd’hui.

Le communiqué de presse - Grande-Synthe : suite de l’incendie du camp humanitaire de la Linière (PDF- 37.2 ko)