Hébergement d’urgence

29 juin 2017

J’ai lu avec attention la motion adoptée lors de l’assemblée générale de la Fédération des acteurs de la solidarité vendredi 23 juin sur la garantie du principe d’inconditionnalité de l’accueil.

L’accès au logement et à l’hébergement font partie intégrante des missions qui m’ont été confiées par le président de la République et le Premier ministre. Je souhaite réaffirmer le principe, inscrit dans la loi, d’inconditionnalité de l’accueil dans l’hébergement d’urgence pour toute personne en situation de détresse médicale, psychique ou sociale. Je veillerai à ce que des solutions durables soient recherchées pour que chacun puisse vivre dans la dignité et éviter toute concurrence entre les publics dans l’accès à l’hébergement.

J’accorde une importance particulière au dialogue et à l’échange avec les associations et organismes œuvrant dans ce domaine, dont la Fédération des acteurs de la solidarité. Je recevrai en ce sens très prochainement son président et son directeur général.

Je souhaite rappeler les efforts très importants menés et les moyens mis en œuvre pour l’accueil, l’accompagnement et la prise en charge des publics en grande difficulté avec la création de plus de 40 000 places supplémentaires entre 2012 et 2016, pour aboutir à un total de plus de 120 000 places.

La réponse au défi de la lutte contre l’exclusion et le mal-logement ne peut cependant passer par la seule gestion de l’urgence. C’est pourquoi, mon prédécesseur a réuni dès début juin les grandes fédérations et associations de l’accès à l’hébergement et au logement pour indiquer sa volonté de lancer le plan quinquennal pour le « logement d’abord ».

Le « logement d’abord », engagement présidentiel, vise à favoriser la sortie plus rapide des personnes vers le logement de droit commun en augmentant la production de logements très sociaux et en favorisant l’accès direct au logement via des solutions d’accompagnement social dans le logement. L’objectif est de créer sur cinq ans 10 000 places en pensions de famille, 40 000 places supplémentaires en intermédiation locative et de mener un effort de construction pour doper l’offre de logement en zones tendues, en particulier le logement abordable. Ce plan nécessitera la mobilisation de tous les acteurs du monde du logement et de l’hébergement.

Je souhaite réaffirmer cette « priorité » au logement, afin de recentrer les dispositifs d’urgence sur leurs missions premières de réponse immédiate et inconditionnelle aux situations de détresse sociale des personnes sans abri ou privées temporairement de domicile.

Les concertations sont en cours avec les services de l’État. La mise en œuvre de cette démarche ambitieuse reposera sur une mobilisation forte de l’ensemble des acteurs du monde du logement et de l’hébergement pour créer une dynamique sur les territoires.

Le communiqué de presse - Hébergement d’urgence (PDF- 188.5 ko)