Hébergement d’urgence : plan hivernal 2018-2019

26 novembre 2018

Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement auprès de Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, a réuni ce matin les grandes associations de l’hébergement d’urgence pour un faire un point de situation sur le déploiement du plan hivernal. Au 18 novembre, 4 800 places hivernales étaient ouvertes, soit 1 800 de plus que l’hiver dernier, à la même période.

Conformément aux engagements pris, Julien Denormandie a convié les grandes associations et fédérations d’associations qui opèrent en matière d’hébergement pour le compte de l’Etat, afin de les associer au suivi du déploiement de la campagne hivernale. Des visio-conférences régulières se tiennent également avec les préfets de région.

Dans un objectif de transparence et d’échanges, un point précis de situation a été réalisé. Au 18 novembre, 4 800 places hivernales étaient ouvertes soit 1 800 de plus que l’hiver dernier, à la même période. Le parc de places d’hébergement d’urgence généraliste financé par l’Etat s’élève à ce jour à 138 000 places d’hébergement, sans prendre en compte les 80 000 places dédiées pour les demandeurs d’asile gérées par le ministère de l’intérieur.

Julien Denormandie a rappelé que la mise à l’abri des femmes et des enfants est une priorité absolue. En Ile-de-France, le 22 novembre, sur les 2 240 places ayant été ouvertes, 910 étaient consacrées aux familles.

Il a déclaré « saluer l’engagement de tous les services de l’Etat, des associations, de leurs salariés et bénévoles et des collectivités pour l’hébergement d’urgence tout au long de l’année, et plus encore, en cette période hivernale, alors que la pression est forte sur le 115 et que les températures ont significativement baissé depuis plusieurs jours ».

Outre le nombre de places mobilisées, il a insisté sur deux autres points en particulier.

D’une part, l’indispensable travail « d’aller vers » les personnes à la rue. 5 millions d’euros de crédits supplémentaires sont ouverts en 2018-2019 pour les maraudes, qui ont un rôle décisif pour identifier les personnes en détresse. Ces moyens supplémentaires sont affectés à la professionnalisation, l’équipement, la formation et la coordination de ces équipes.

D’autre part, au-delà de l’urgence de la mise à l’abri, l’impératif de fluidité des parcours. La sortie des personnes de l’hébergement vers le logement est en effet la condition première de leur insertion. Le plan Logement d’abord prévoit notamment la création, de 2018 à 2022, de 50 000 places de logement adapté et de 40 000 logements très sociaux, qui permettront d’offrir des solutions d’accès au logement aux personnes hébergées. Julien Denormandie a en outre souligné que « sur les attributions de logements sociaux pour les sortants d’hébergement, nous sommes en progression sensible, qui assure de dépasser les résultats de 2017, avec 11 444 attributions pour des sortants de l’hébergement d’urgence. J’ai conscience que ces efforts doivent encore être accrus et nous allons demander avec Jacqueline Gourault aux préfets de veiller à ce que tous les contingents (Etat, collectivités, bailleurs) soient bien mobilisés  ».

Hébergement d’urgence : plan hivernal 2018-2019 (PDF- 351.3 ko)