Journée internationale des droits des femmes 2018

8 mars 2018

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes consacrée, cette année, aux activistes rurales et urbaines qui transforment la vie des femmes, le Ministère de la Cohésion des Territoires et le Commissariat général à l’égalité des Territoires (CGET) vous invitent à découvrir le reportage de Bruno Le Hir de Fallois. Pendant quatre mois, ce photographe indépendant, disciple d’Henri Cartier-Bresson, a arpenté le quartier de La Grande Borne, à Grigny (Essonne). Souvent stigmatisée, c’est l’une des villes d’Île-de-France qui compte le plus fort taux de chômage, mais aussi le plus grand nombre de jeunes.


Un mouvement mondial sans précédent


Cette année, la Journée internationale des femmes s’inscrit dans le fil d’un mouvement mondial sans précédent en faveur des droits des femmes, de l’égalité et de la justice. Le harcèlement sexuel, la violence et la discrimination à l’encontre des femmes ont fait la une des médias et ont fortement suscité un débat public stimulé par une détermination affirmée à instaurer un changement.


Dans le monde entier, des personnes se mobilisent pour un avenir plus équitable. Faisant écho au thème prioritaire de la 62e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies, la Journée internationale des femmes attire également l’attention sur les droits et l’activisme des femmes rurales qui, bien qu’elles représentent plus d’un quart de la population mondiale, sont laissées pour compte dans chaque aspect de développement.


« L’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles sont les véritables gageures de notre époque et le plus grand défi que le monde ait à relever en matière de droits fondamentaux. »
António Guterres, Secrétaire général de l’ONU.

 Les nouveaux visages de Marianne

A l’occasion de la journée du 8 mars, Bruno Le Hir de Fallois est allé à la rencontre de femmes emblématiques qui animent la vie locale par leurs activités professionnelles, associatives, scolaires… En observateur, il les a suivies quotidiennement, tentant de saisir des moments, des rencontres, des instantanés de leurs relations aux autres, qui font d’elles des actrices majeures de la vie sociale dans le quartier. Car ces « nouveaux visages de Marianne », comme les appelle le photographe, contribuent toutes à faire vivre nos valeurs collectives.

Militantes associatives, principale de collège, pharmacienne, représentante de l’État, sportive de haut niveau ou étudiantes, elles ont voulu adresser un message aux enfants, adolescents et jeunes de nos cités.

Lire l’article "Les nouveaux visages de Marianne" sur le site du CGET

Journée internationale des femmes 2018 sur le site de l’ONU