L’Atelier : "Territoires en mutation exposés aux risques"

Publié le lundi 7 octobre 2013

La 5e session 2013-2014 de l’Atelier a travaillé sur « territoires en mutation exposés aux risques ».

La démarche Atelier "Territoires en mutation exposés aux risques"

7 octobre 2013

La démarche consiste à mettre à disposition des élus et services de l’Etat, pendant une année, une équipe de concepteurs de haut niveau entourée d’experts pluridisciplinaires, pour construire avec eux un projet de territoire.

L’Atelier constitue ainsi un laboratoire à l’échelle nationale. A partir d’une intervention simultanée sur plusieurs sites pilotes et volontaires, il permet de développer une approche comparative, de faire émerger des principes d’interventions et des modes de gouvernance de projet pour alimenter les réflexions nationales (adaptations législatives ou réglementaires et évolution des méthodes), et d’être reproduit dans des contextes similaires, voire servir d’exemples.

Cette méthode repose sur quelques principes méthodologiques :

  • une réflexion qui part des valeurs du territoire, de ses spécificités, des projets des collectivités locales et qui s’oriente vers une stratégie d’ensemble à faire valoir.
  • une mise au débat et une validation continue de cette réflexion sous forme d’ateliers organisés sur site : le projet stratégique est construit en séance avec les acteurs responsables de l’aménagement (élus, services de l’État).
  • la mobilisation d’une équipe d’experts pluridisciplinaire de haut niveau (paysagistes, environnementalistes, économistes, hydrologues, sociologues, etc.) conduite par un concepteur (concepteur (architecte ou paysagiste ayant des compétences en urbanisme)), pour aboutir à une stratégie d’aménagement d’un territoire. Cette « équipe-projet » est constituée en fonction des sites et problématiques spécifiques de l’Atelier. Elle apporte un regard neuf, élargi, extérieur et dégagé du jeu d’acteurs local ; elle participe au renouveau des méthodes de projet et de partenariat ; elle suscite le débat, interpelle les acteurs locaux, services de l’État et élus ; elle imprime sa méthode de travail et d’animation et permet d’alimenter la réflexion nationale. L’équipe-projet peut être amenée à travailler selon une démarche itérative par scénarii à partir de la connaissance des projets locaux qu’elle acquiert ; elle contribue à « débloquer » des situations.
  • la représentation spatiale et graphique comme outil de pédagogie, de dialogue et de transversalité, comme moyen interactif et itératif de co-élaboration de la stratégie de territoire.
  • une approche par le projet et non par les outils ou la règle : l’Atelier constitue un espace de liberté permettant d’aborder l’ensemble des questions urbaines et territoriales, sans anticiper sur les outils, procédures ou contraintes juridiques et réglementaires. Ils seront questionnés, dans un second temps et avant la fin de l’Atelier, pour servir la stratégie de territoire partagée. Pour autant, cela ne signifie pas faire abstraction des règles et directives existantes qui seront intégrées et confrontées pendant l’élaboration du projet.
  • une déclinaison en actions stratégiques : l’Atelier fonde son intervention sur ce qu’il est possible d’initier aujourd’hui et il prépare les conditions de mise en oeuvre d’une stratégie ambitieuse. Il s’agira aussi de relever le défi méthodologique pour inventer les méthodes et les outils du passage de l’intention à la réalisation aux différentes échelles de projets.
  • une approche comparative : la même équipe-projet travaille simultanément sur l’ensemble des sites sélectionnés. Cela permet des croisements sur les dynamiques globales des territoires et des déclinaisons locales selon les spécificités de chaque site mais aussi d’alimenter la réflexion nationale sur la problématique retenue.