Dédoublement des classes : le logement social s’engage

25 juin 2018 | Mis à jour le 26 juin 2018

La fédération des Entreprises sociales pour l’habitat a signé un protocole autour d’enjeux éducatifs importants avec les ministères de la Cohésion des territoires et de l’Éducation nationale, le 21 juin 2018. L’engagement porte sur l’accueil de collégiens en stage de 3e et l’appui à la recherche de locaux pour le dédoublement des classes dans les Réseaux d’éducation prioritaire (Rep).

Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, et la fédération des Entreprises sociales pour l’habitat ont signé un protocole pour l’accueil des jeunes en stage de classe de troisième et pour l’appui à la recherche de locaux nécessaires au dédoublement des classes, le 21 juin 2018.

Dans ce cadre, les entreprises sociales pour l’habitat (ESH), qui gèrent 50 % du parc HLM et logent 5 millions de personnes en France, se sont engagées à soutenir l’État dans sa recherche de locaux pour accueillir les nouvelles classes de CP et de CE1 dédoublées. Par exemple, en proposant des locaux d’accueil en pieds d’immeubles, selon les besoins et les opportunités identifiés avec les rectorats dans chaque académie.

En effet, depuis la rentrée 2017, près de 2 500 classes de CP sont dédoublées dans les Réseaux d’éducation prioritaire renforcée (Rep+). Objectif : constituer des classes de 12 à 15 élèves, au maximum, pour favoriser et faciliter l’apprentissage des savoirs de base des écoliers ayant le plus de difficultés scolaires, et lutter contre les inégalités sociales, en particulier dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV).

Ce dispositif va se poursuivre à la rentrée 2018 dans les classes de CP en Rep. Au total, 5 600 classes de CP auront été dédoublées. Et le dédoublement va s’étendre aux classes de CE1 en Rep+, jusqu’en 2019.

Parfois, les quartiers prioritaires et les écoles sont en butte au manque de locaux adaptés : les capacités d’accueil ne permettent pas de faire face aux besoins dus, à la fois, à la pression démographique et à la mise en place de cette mesure, qui nécessitent de nouveaux espaces.
Pour éviter que les capacités d’accueil des écoles ne soient un obstacle à cette mesure, une instruction du Commissariat général à l’égalité des territoires et de la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) relative « aux financements des travaux nécessaires » a paru le 30 mai 2018.

Une instruction pour aider les collectivités à dédoubler les classes

Donner accès au stage de 3e aux collégiens des quartiers prioritaires 

Dans le cadre de son parcours scolaire, chaque collégien de 3e doit effectuer un stage d’observation et de découverte en entreprise, pendant une semaine. Or, beaucoup d’adolescents, en particulier dans les milieux ne disposant pas de réseaux professionnels, échouent trop souvent dans leurs recherches.
Lors de son discours du 22 mai 2018 « La France, une chance pour chacun », le président de la République avait rappelé l’importance à accorder à l’éducation, en particulier dans les quartiers de la politique de la ville, en mettant notamment l’accent sur ce stage. Il a souhaité la mise en place de 30 000 stages destinés aux collégiens des quartiers prioritaires : 15 000 portés par les entreprises, dès janvier 2019, et 15 000 autres portés par les services de l’État, les établissements publics et agences, hôpitaux, etc.
La fédération des Entreprises sociales pour l’habitat s’est engagée à participer activement à cette démarche.