Marseille : l’éducation populaire par le sport avec l’association Addap13 

13 juillet 2018| Mis a jour le 13 septembre 2018

L’association Addap13 agit auprès des jeunes et de leurs familles dans 100 quartiers populaires des Bouches-du-Rhône en prévention spécialisée, insertion par l’économie et médiation sociale. Rencontre avec son directeur général adjoint, Stéphane François, engagé dans cette association depuis trente-huit ans.

Dans quel contexte et avec quelles missions en particulier s’est créée l’association Addap13 ?

L’association a plus de cinquante-cinq ans d’ancienneté. Son activité principale, depuis l’origine, c’est d’agir pour prévenir la délinquance dans les quartiers, dans le cadre de l’aide sociale à l’enfance. Elle s’appuie sur des équipes de prévention, des éducateurs, des travailleurs sociaux qui vont dans la rue et interviennent auprès des jeunes en difficulté (pauvreté, risques de délinquance, exclusion…) pour les accompagner dans une dynamique positive. Nos principes : « Aller vers, faire avec, agir pour ».

Quelles sont les principales actions conduites aujourd’hui par l’association Addap13 ?

À travers la prévention spécialisée notamment, nos équipes éducatives sont implantées dans près de 100 quartiers et 22 communes du département. Elles créent des liens avec les jeunes, sont à l’écoute des familles, proposent des activités collectives... En 2017, nous avons accompagné plus de 11 500 jeunes !
Depuis 2016, dans le cadre de la démarche « Prévention soir et week-ends », nous avons lancé les « Urban Sport trucks » : ces unités mobiles d’animation se rendent, tous les soirs et jusqu’à 22 h en été, dans les quartiers quand tout est fermé. Elles proposent des activités sportives et éducatives. Nous avons quatre minibus, répartis dans quatre zones de Marseille avec, pour chacun, une équipe de deux à trois animateurs. On met de la lumière là où il n’y en a plus.

De quelle réussite êtes-vous le plus fier ?

Ma plus grande fierté, c’est que des familles puissent à nouveau sortir de chez elles le soir, qu’elles se sentent en confiance et qu’elles aient pu, avec nos actions, reconquérir l’espace urbain. C’est ce qu’on fait avec les Sport trucks : on regroupe les jeunes pour éviter qu’ils ne soient captés par un contexte négatif de violence, d’économie parallèle ou de délinquance. Le sport est une « bonne excuse » : ça donne une raison aux jeunes et aux familles de sortir ! C’est une caution morale pour se réapproprier ce qui était devenu une zone de non-droit.

Comment le travail de l’association s’inscrit-il, plus globalement, dans l’action locale ?

Addap13 travaille énormément avec les services de l’État et la préfète déléguée à l’égalité des chances, puisque l’État soutient financièrement nos actions dans les quartiers prioritaires. Avant d’arriver sur les quartiers avec les Sport trucks, nous avons fait beaucoup de réunions de préparation avec les associations de locataires, les structures locales (…) pour définir au mieux les besoins de chaque quartier. Sur un quartier particulièrement tendu, on s’inscrit vraiment dans un dispositif global : on se répartit les interventions avec les autres associations pour assurer une présence tous les soirs. Nous, on y sera le lundi par exemple, une autre le mardi…

Qu’évoquent pour vous les « territoires en action » ?

Pour moi, les territoires sont déjà en action pour la plupart. Il y a des choses qui bougent et qui fonctionnent, mais ce sont parfois des initiatives isolées. Une impulsion du ministère me semble vraiment nécessaire pour mobiliser tout le monde et donner un cap avec des moyens, de la formation et des financements dédiés.

Contacter l’association Addap13
Addap 13 – Association départementale pour le développement des actions de prévention des Bouches-du-Rhône
440 employés
Tél. : 04 91 71 80 00
Groupeaddap13@groupeaddap13.org
www.addap13.org

Crédit photo : Hélène David / Picturetank