Mise à l’abri de 2771 migrants dans le 18e arrondissement de Paris

7 juillet 2017

Gérard Collomb, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des Territoires et Julien Denormandie, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Cohésion des Territoires, saluent le bon déroulement de l’opération de mise à l’abri de migrants réalisée ce matin dans le 18ème arrondissement de Paris.

Les services de l’État, la préfecture de la région d’Île-de-France, la préfecture de Paris, la préfecture de police et leurs partenaires ont pris en charge 2771 personnes qui occupaient plusieurs campements de fortune sur le secteur de la Porte de La Chapelle.

Ces personnes, dont 161 vulnérables (mineurs isolés étrangers, femmes seules), ont été accompagnées à l’aide de 52 bus, vers plusieurs sites mobilisés en Île-de-France, de manière temporaire, où elles pourront bénéficier d’un diagnostic social et sanitaire grâce à la mobilisation de personnels spécialisés. Les intéressés se verront rapidement proposer une orientation vers un dispositif d’accueil adapté à leur situation, sur l’ensemble du territoire national. Les situations individuelles seront examinées dans le cadre des procédures dont elles relèvent.

Les ministres remercient l’ensemble des personnels mobilisés pour cette opération : près de 350 effectifs de la préfecture de Police ainsi qu’une centaine de personnels de l’État et de ses partenaires. Ils rappellent que depuis le 2 juin 2015, ce sont 34 opérations de mises à l’abri qui ont été effectuées à Paris, conduisant à la prise en charge de plus de 27 000 personnes dans la région Ile-de-France.

Grâce à l’action d’Emmaüs Solidarité et l’appui des services de l’Etat et de la mairie de Paris, le centre de premier accueil ouvert en novembre dernier Porte de la Chapelle a permis l’hébergement notamment de plus de 12 000 réorientés vers d’autres dispositifs.

Face à la crise migratoire d’une gravité et d’une ampleur sans précédent à laquelle l’Europe fait face, la France doit agir avec humanité et fermeté, dans le respect de l’Etat de droit et de sa tradition d’asile, pour organiser l’accueil des réfugiés, tout en luttant contre l’immigration irrégulière. Le gouvernement est déterminé à éviter la reconstitution de campements sur le territoire national et à avoir une réponse globale face au défi migratoire.

C’est la raison pour laquelle, comme annoncé par le ministre de l’Intérieur le 20 juin dernier, et développé par le Premier ministre dans sa déclaration de politique générale, le gouvernement présentera au conseil des ministres du 12 juillet un plan d’action sur l’immigration et l’asile, pour répondre à trois objectifs : une exigence de dignité pour que la France honore sa tradition d’accueil des réfugiés, une exigence d’efficacité pour réduire les délais moyens d’instruction des demandes d’asile de 14 à 6 mois et obtenir l’éloignement effectif des personnes n’ayant pas vocation à se maintenir sur le territoire, et enfin une exigence de solidarité et de responsabilité avec nos partenaires européens.

Communiqué de presse (7 juillet 2017) (PDF- 53.7 ko)