Communiqué de presse

Plus d’un milliard d’euros déjà engagés pour les 222 villes du programme Action Cœur de Ville

Publié le 22/01/2020

Le programme national Action cœur de ville, annoncé à Cahors en décembre 2017, vise à soutenir le développement des villes qui exercent un rôle irremplaçable de centralité pour l’ensemble de leur territoire.

Doté de 5 milliards d’euros d’ici 2022 avec le concours de la Banque des territoires, d’Action Logement et de l’État, ce programme d’appui aux collectivités qui portent les projets a fait le choix de mobiliser ces financements exceptionnels vers les centres des 222 villes de métropole et d’outre-mer sélectionnées en mars 2018 pour y accueillir plus et mieux d’habitants, de commerces, d’activités et de services.

À cette date, plus d’un milliard d’euros ont déjà été engagés par l’État et les financeurs du programme pour accompagner plus de 4000 actions déjà prêtes. Outre l’ingénierie, sont concernés la rénovation de logements, la restructuration de commerces, la mise en place de nouvelles mobilités, le réaménagement de l’espace public, le développement de nouveaux services et de l’offre culturelle, la valorisation du patrimoine, la nature en ville et la résilience climatique, la résorption de friches, etc.

Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, se réjouit de la dynamique exceptionnelle du programme national Action cœur de ville en seulement 18 mois. « Elle traduit à la fois l’importance de ces villes dans le développement économique et la cohésion sociale de notre pays, leur capacité d’innovation mais aussi leur rôle moteur pour relever le défi d’un nouvel aménagement urbain plus durable et inclusif ».

« Avec les adaptations du dispositif “Denormandie dans l’ancien”, j’ai souhaité faciliter son déploiement dans les sites Action cœur de ville car c’est une très belle opportunité. La liste élargie des travaux éligibles permet désormais aux investisseurs locaux d’acheter et de rénover les logements dégradés pour les remettre sur le marché locatif », s’est félicité Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement.

Cette méthode d’action publique, tournée vers les territoires, fait confiance aux élus et acteurs locaux pour imaginer les solutions les plus adaptées. En conjuguant ingénierie, financements et outils nouveaux à la disposition des collectivités (comme par exemple, l’outil d’opération de revitalisation de territoire), elle préfigure les modalités d’intervention de l’Agence nationale de cohésion des territoires qui vient d’être créée au 1er janvier.