Pour une nouvelle approche de la politique de la ville

15 novembre 2017| Mis a jour le 16 novembre 2017

Lors de son déplacement à Clichy-sous-Bois, à Tourcoing et à Roubaix les 13 et 14 novembre, le président de la République Emmanuel Macron a réaffirmé que l’avenir des 1 514 quartiers prioritaires de la politique de la ville représente une priorité de son quinquennat. Accompagné de Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, et de son secrétaire d’État Julien Denormandie, il a avancé des mesures destinées à « ramener le droit commun » dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) et à soutenir « l’émancipation de leurs habitants ».

L’avenir des 1514 quartiers prioritaires : une priorité du quinquennat

« On venait trop souvent à Clichy-sous-Bois pour ne parler que des problèmes. Je viens soutenir les projets d’une ville entreprenante, a relevé le président de la République, le 13 octobre dernier, avant d’exhorter à construire l’avenir des quartiers avec tous. Loin des préjugés, le temps est à l’action ! »

Emmanuel Macron a poursuivi son déplacement dans les Hauts-de-France, mardi 14 novembre, en compagnie de plusieurs ministres dont Jacques Mézard et Julien Denormandie. Un parcours au cours duquel il est allé à la rencontre d’habitants, de collégiens, d’associations, d’élus et d’acteurs des quartiers de la politique de la ville (QPV).

À Roubaix, devant 300 personnes (ministres, élus nationaux et locaux, décideurs, entrepreneurs, associatifs…), le président de la République s’est exprimé sur les « quarante années de combat et de mobilisation autour de la politique de la ville  » et a appelé de ses vœux une « ambition commune » autour de cette politique spécifique. Notre « défi est de déclencher la mobilisation générale, celle de toute la Nation [pour] ramener le droit commun, l’effectivité des droits pour les citoyens des quartiers  ».

Les quartiers prioritaires en chiffres

Lors de son intervention, le président de la République a relevé les indicateurs qui reflètent les difficultés et disparités qui touchent les 1 514 quartiers de la politique de la ville, en métropole et en outre-mer :

  • plus de 40 % des habitants de ces quartiers vivent sous le seuil de pauvreté ;
  • le taux de chômage y est 2,5 fois supérieur aux autres territoires ;
  • moins de la moitié des femmes sont en activité et lorsqu’elles le sont, leurs emplois sont fragmentés, précaires ;
  • la réussite au brevet des collégiens des QPV est de 8 points inférieurs à celle de leurs homologues de la ville voisine ;
  • les quartiers de la politique de la ville comptent 4,5 fois moins de crèches  ;
  • 17 % des habitants se déclarent victimes de discrimination en raison de leur origine.

Pour faire face aux inégalités sociales et difficultés criantes que connaissent les quartiers prioritaires, Emmanuel Macron a réaffirmé la sanctuarisation des crédits de la politique de la ville à 430 millions d’euros et l’affectation, en priorité, des contrats aidés sur les quartiers concernés.

Une aventure collective pour nos concitoyens et notre pays

La politique de la ville doit mobiliser l’ensemble du Gouvernement et être « intégrée dans chacun des grands chantiers du quinquennat », notamment pour « recréer l’ordre républicain pour recréer la crédibilité de la République » et ce, avec l’implication des habitants. C’est ainsi que les conseillers citoyens participeront au diagnostic de leur territoire pour mettre en place la police de sécurité du quotidien.

Pour favoriser l’embauche des personnes issues des quartiers, une première étape de déploiement des emplois francs va être engagée. Par ailleurs, le président de la République a également déploré le manque de services (bureaux de poste, bibliothèques, crèches, professionnels de santé…) qui pénalise la vie des habitants au quotidien. Il a aussi mis l’accent sur la lutte contre le décrochage scolaire, mais aussi la nécessité de déployer les dispositifs d’accompagnement de la petite enfance, dans les QPV.

« Nous devons mettre toute notre énergie à mener une politique de transformation qui prépare la France à ces mutations et nous permet sans cesse de réinventer nos solidarités, nos libertés et nos liens, dans un monde qui souvent les met à l’épreuve. (…) C’est une grande aventure collective que nous avons décidé d’entreprendre pour nos concitoyens et pour notre pays. Elle commence aujourd’hui. »
Emmanuel Macron, Président de la République