Reconversion d’un site industriel : l’Ecoparc de Micheville

9 octobre 2017

La première pierre du futur Ecoparc de Micheville a été posée lundi 9 octobre 2017. Situé sur une ancienne friche industrielle, le site est aujourd’hui en pleine reconversion. Il prévoit des constructions à haute performance énergétique, mais aussi des aménagements en faveur de la biodiversité.

Donner une nouvelle vie à un ancien site industriel

Situé à la frontière du Luxembourg, le site Micheville est une ancienne friche industrielle, qui se composait d’une friche minière et sidérurgique.

L’enjeu de ce nouveau quartier est de reconvertir cet espace et d’y apporter pour ses habitants : des logements, des aménagements, des espaces verts, un pôle culturel...

L’ancienne partie sidérurgique qui accueillait Arcelor-Mittal accueillera le nouveau quartier. Ce territoire, labellisé Ecocité, s’inscrit dans le programme des Investissements d’avenir « Ville de demain » visant à accompagner les collectivités dans la transition écologique avec des projets innovants.

Le projet de reconversion est mené par l’Etablissement public d’aménagement Alzette-Belval, dans le cadre de l’Opération d’Intérêt National (OIN) Alzette-Belval. L’enjeu est de permettre à ce territoire frontalier, touché par la désindustrialisation, de connaître un renouveau.

Construire, aménager et réhabiliter : le projet est lancé

Plusieurs éléments sont prévus dans le cadre de la reconversion du site Micheville. La création de 183 logements qui se traduit par la construction, déjà entamée, d’un îlot de quatre bâtiments à haute performance environnementale énergétique et en bois. Dans le même temps, un centre culturel est aussi prévu.

Pour répondre aux standards du Label Eco-quartier et devenir une Ecocité, le site de Micheville prévoit par exemple l’aménagement :

  • d’un corridor écologique à gestion durable offrant des perméabilités entre les espaces naturels pour accueillir et permettre la circulation de la faune locale ;
  • d’une voie verte longeant la voie de contournement qui permet la circulation des piétons et des cycles.

Le projet lance également la réhabilitation du « Laboratoire », le dernier bâtiment datant de l’époque sidérurgique encore présent sur le site. Futur siège de l’établissement public d’aménagement Alzette-Belval, ce lieu possédera sa propre centrale photovoltaïque de 300 panneaux. Il sera ainsi une des premières opérations de réhabilitation à énergie positive.

Consulter le site de l’établissement public d’aménagement Alzette Belval