Territoires en action : Avec Mona Lisa, des citoyens contre l’isolement des personnes âgées

19 octobre 2018| Mis a jour le 26 octobre 2018

Chronique n°8 : L’association Mona Lisa lutte partout en France contre l’isolement des personnes âgées. Rencontre avec Nicolas Lallemand, responsable du service animation seniors au Centre communal d’action sociale (CCAS) et référent du projet citoyen "Écoute et partage" dans le quartier prioritaire du Ramponneau à Fécamp (Seine-Maritime).

Dans quel contexte s’est créé le projet citoyen Écoute et partage ?

La maison de quartier du Ramponneau, à Fécamp, a mené une enquête intitulée « diagnostic partagé » auprès de 150 ménages, en 2016. Lors des entretiens, les enquêteurs ont repéré de nombreux habitants vivant seuls, dont plusieurs seniors qui exprimaient un sentiment de solitude et d’isolement. Quand l’association Mona Lisa a lancé l’appel à projets pour soutenir les habitants qui luttent contre l’isolement des personnes âgées dans les quartiers prioritaires, le CCAS de Fécamp a souhaité réunir des citoyens pour monter un projet. Nous nous sommes adressés à des bénévoles déjà fortement engagés au sein soit du conseil citoyen du quartier, soit du service animation seniors du centre social. Ces habitants bénévoles ont construit le projet. Nous étions là pour les accompagner dans la démarche, mais c’était vraiment important de les laisser décider et s’impliquer pleinement.

Le projet Écoute et partage, mené par une équipe citoyenne de Fécamp, a été retenu par l’association Mona Lisa, soutenue par le ministère, dans le cadre de l’appel à projets "Mobilisés dans les quartiers". Cette expérimentation a permis d’apporter un soutien financier et opérationnel à 15 projets de citoyens engagés dans la lutte contre l’isolement des personnes âgées, dans les quartiers de la politique de la ville de la France entière. 

Quelles sont les principales actions conduites aujourd’hui ?

L’équipe citoyenne d’Écoute et partage est constituée de 11 bénévoles. Leur rôle, c’est de visiter des personnes âgées isolées à leur domicile et de leur proposer des animations collectives organisées dans le quartier ou la ville. Il s’agit de recréer du lien social, de sortir les seniors de leur solitude et de les réinsérer dans la vie collective.

De quelle réussite êtes-vous le plus fier ?

Je suis très fier de la forte mobilisation des bénévoles. Cette cause leur tient à cœur, et ils ne prennent pas cet engagement à la légère : depuis le début, seules deux personnes sont parties. Je suis vraiment impressionné par leur dévouement et leur disponibilité.
Avec l’expérimentation menée par Mona Lisa, l’équipe citoyenne de Fécamp a été accompagnée par un cabinet de consulting qui a permis de consolider son projet, en apportant une méthode (créer un règlement intérieur, définir le fonctionnement de l’équipe, lancer des actions de communication…). L’une de nos principales préoccupations était d’autonomiser le groupe afin que les bénévoles soient pleinement acteurs du projet, qu’ils se responsabilisent. C’est chose faite aujourd’hui.

Comment le travail de l’équipe citoyenne s’inscrit-il, plus globalement, dans l’action locale ?

L’association Mona Lisa encourage les acteurs locaux à travailler ensemble de manière partenariale, et c’est pleinement le cas avec Écoute et partage. L’équipe citoyenne est en lien avec les services de la ville et le CCAS, la maison de quartier du Ramponneau, les bailleurs sociaux, les professionnels de santé (infirmiers à domicile, kinésithérapeutes, etc.), les associations locales. Ce maillage territorial est essentiel pour identifier les seniors isolés et aller à leur rencontre. Et le fait d’être connu par les acteurs locaux nous rend visible et nous apporte une légitimité vis-à-vis des habitants.
Comme l’expérimentation est une réussite, les élus locaux souhaitent déployer le dispositif sur l’ensemble de la ville de Fécamp, en 2019.

Qu’évoquent pour vous les « territoires en action » ?

Pour moi, les territoires en action, c’est la coopération : entre Mona Lisa et le CCAS de Fécamp, entre l’équipe citoyenne et les acteurs locaux… Cela permet d’échanger nos expériences et nos bonnes pratiques, de voir que l’on n’est pas seul à agir : ça nous booste, et on se sent faire partie d’un tout !

Fiche d’identité
-Nom : Mona Lisa – mobilisation nationale contre l’isolement des âgés
-Date de création : 2014
-Secteur d’activité : lutte contre l’isolement des personnes âgées
-Taille de l’association : 6 salariés, 460 organismes signataires
-Périmètre : villes, quartiers prioritaires et zones rurales en France
-Action de l’association depuis sa création : 272 équipes citoyennes sur tout le territoire
-Contact : www.monalisa-asso.fr 

Crédit photo : L’équipe citoyenne Écoute et partage ©CCAS Fécamp

L’isolement social en quelques chiffres

En 2016, 5 millions de Français dont 1,75 million de plus de 75 ans souffrent d’une situation objective d’isolement, c’est-à-dire qu’ils ne rencontrent jamais ou très rarement les membres de leurs réseaux de sociabilité (famille, amis, voisins, collègues), selon la Fondation de France.
Tout comme le reste de la France, les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) font face à un vieillissement de leur population : la part des plus de 60 ans est passée de 11,9 %, en 1990, à 15,5 % en 2010. Le risque d’isolement des personnes âgées y est bien présent (lire les fiches du rapport 2017 de l’Observatoire de la politique de la ville).