Troubles de voisinage : nuisances olfactives (odeurs)

Les nuisances provoquées par des odeurs (nuisances olfactives) peuvent, dans certains cas, être considérées comme un trouble anormal de voisinage et, à ce titre, être sanctionnées.

Vérifié le 15/05/2018 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre), Ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales

Avertissement

Conflits de voisinage : recours à la médiation

16 oct. 2019

La loi n°2019-222 du 23 mars 2019 de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice impose le recours à la conciliation (conciliateur de justice) ou à la médiation, préalablement à la saisine du tribunal, s'agissant de certains conflits de voisinage.

Un décret en Conseil d’État doit déterminer les conflits de voisinage concernés par cette nouvelle obligation.

Les informations contenues sur cette page restent d'actualité et seront modifiées après la parution de ce décret.

Import DILA

Trouble anormal de voisinage

On parle de trouble anormal de voisinage lorsque la nuisance invoquée excède les inconvénients normaux inhérents aux activités du voisinage.

Les nuisances olfactives peuvent être considérées comme un trouble anormal de voisinage, qu'elles soient provoquées par un particulier (barbecue, amoncellement d'ordures, utilisation intempestive de fumier....) ou par une entreprise (restaurant, élevage porcin, poulailler, usine...).

C'est le juge du tribunal d'instance qui apprécie au cas par cas le caractère anormal de la nuisance en fonction notamment :

  • de son intensité,
  • de sa fréquence,
  • de sa durée,
  • de l'environnement dans lequel elle se produit,
  • du respect de la réglementation en vigueur.

Preuves

La preuve du caractère anormal des odeurs peut être apportée par tout moyen, notamment :

  • témoignages,
  • pétitions,
  • constat d'huissier,
  • demandes écrite de faire cesser les nuisances,
  • intervention des services d'hygiène de la mairie.

Recours pour faire cesser le trouble

Recours préalable

Il est possible de recourir gratuitement à un conciliateur de justice.

Où s'adresser ?

Si les nuisances proviennent de l'immeuble en copropriété dans lequel vous vivez, il faut d'abord vérifier le règlement de copropriété. Ce document peut encadrer, voire interdire certaines pratiques dans les logements (utilisation des barbecues par exemple). S'il existe une clause spécifique sur les nuisances olfactives, vous devez informer le syndic de copropriété pour faire constater le problème et faire respecter le règlement.

Si vous êtes incommodé par de fortes odeurs générées dans votre quartier (maison, activité professionnelle à proximité), vous pouvez contacter le service communal d'hygiène et de santé de votre mairie.

Où s'adresser ?

Le maire peut mandater un inspecteur de la salubrité pour qu'il constate la réalité et l'importance du trouble.

Si le trouble est avéré, l'auteur de la nuisance peut faire l'objet d'un rappel à l'ordre et, en cas de persistance du trouble, d'une mise en demeure.

Recours judiciaire

Si les nuisances persistent, vous pouvez saisir le tribunal d'instance du lieu de votre domicile.

Sanctions

Si le juge du tribunal d'instance considère que la nuisance constitue un trouble anormal de voisinage, il peut prononcer :

  • le versement de dommages et intérêts,
  • la résiliation du bail si les nuisances sont imputables à un locataire,
  • la réalisation de travaux destinés à réduire ou supprimer les nuisances,
  • la suspension, voire l'arrêt de l'activité incriminée.

Textes de référence

Services communaux d'hygiène et de santé

Sujet