Un exercice de prévention des incendies pour montrer les avantages des détecteurs de fumée

28 mars 2013 | Mis à jour le 22 août 2013


Fortement mobilisée sur la question de la prévention des risques liés aux incendies domestiques, Cécile Duflot, ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, a participé jeudi à un exercice organisé par la Brigade des sapeurs pompiers de Paris dans un bâtiment du 18e arrondissement voué à la démolition.


Cette opération consiste en une mise à feu, sous le contrôle des pompiers, dans un logement qui n’est pas équipé de détecteur, et dans un autre logement doté d’un détecteur de fumée. Dans le premier logement, la propagation rapide du feu et le dégagement important des fumées mettent très vite en danger les occupants. Alors que dans le deuxième, le détecteur alerte précocement les occupants, leur permettant d’évacuer rapidement leur logement et de prévenir les secours.


Images vidéo de l’exercice de prévention disponibles sur demande au 01 40 81 15 97


En France, un incendie se déclare toutes les deux minutes, causant de 600 à 800 décès par an. 70 % des incendies mortels se produisent la nuit, en raison de l’absence d’avertissement. Les détecteurs de fumées, par le déclenchement d’une forte alarme sonore, permettent d’alerter les occupants et d’éviter en particulier que les fumées ne les asphyxient durant leur sommeil.


Les détecteurs de fumée devront obligatoirement équiper tous les logements d’ici le 8 mars 2015.


L’arrêté du 5 février 2013 précise les modalités d’installation des « détecteurs autonomes avertisseurs de fumée » (DAAF) dans les logements (position, emplacement) et leur entretien pour une efficacité optimum du dispositif. Ainsi, cet arrêté stipule notamment qu’au moins un détecteur de fumée normalisé (CE – NF EN 14604) doit être installé dans les parties privatives de chaque logement, de préférence dans les couloirs et les dégagements desservant les chambres. Les détecteurs doivent être fixés solidement en hauteur (plafond), à distance des autres parois ainsi que des sources de vapeur (donc loin de la cuisine et de la salle de bains). Le texte rappelle également qu’il est interdit d’installer des détecteurs de fumée dans les parties communes des immeubles collectifs d’habitation.


Téléchargez le communiqué de presse - ( PDF - 71.3 ko )
Téléchargez le dossier de presse complet - ( PDF - 2.3 Mo )