Accès à la culture et au sport

L’accès à la culture, aux pratiques artistiques et culturelles ainsi que l’expression citoyenne sont des objectifs structurants pour la politique de la ville, car ils ouvrent les quartiers prioritaires, contribuent à améliorer l’image de ces quartiers et contribuent à l’émancipation de chacun, particulièrement les plus jeunes.

Publié le 13/05/2019

Accompagner les habitants des quartiers prioritaires

L’État se mobilise aux côtés des collectivités territoriales et des structures culturelles, éducatives et sociales pour accompagner le potentiel créatif des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Les actions soutenues s’adressent en particulier aux enfants et aux jeunes par la promotion, en liens avec le ministère de la Culture, de la pratique musicale collective par le biais des dispositifs d’Orchestre à l’école, de Demos portée par la Philharmonie de Paris ou, plus largement, des Concerts de poche.

De même, la pratique des arts graphiques est encouragée, notamment avec Mixart qui intervient à partir des établissements scolaires et centres sociaux pour construire des œuvres collectives.

L’opération d’éducation artistique et culturelle C’est mon patrimoine ! s’adresse, quant à elle, aux jeunes de 6 à 18 ans, notamment aux adolescents – au moins 60 % des bénéficiaires sont issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Elle a pour objet de leur faire découvrir des pratiques artistiques dans une diversité de sites patrimoniaux pendant les vacances scolaires (monuments, musées, sites archéologiques, archives, patrimoine immatériel, sites industriels ou naturels, etc.).

Le dispositif d’éducation à l’image est déployé en partenariat avec le réseau Passeurs d’images. Cette association constitue la tête d’un réseau de 27 coordinations régionales, qui rassemblent 2 000 partenaires de terrain et touchent 220 500 bénéficiaires.
Elle met en œuvre des dispositifs d’éducation à l’image et au cinéma à vocation culturelle et sociale en direction de publics éloignés d’un environnement, de pratiques et d’une offre cinématographiques et audiovisuels.
Passeurs d’images favorise la démocratisation et l’accès aux pratiques cinématographiques en s’inscrivant pleinement dans une démarche citoyenne qui favorise la mixité sociale.

Soutenir les acteurs culturels et artistiques

Encourager la participation active des habitants dans le processus artistique et culturel

L’État soutient le développement de ce type de démarches dans la mesure où elles renforcent la reconnaissance de la diversité des pratiques et les capacités culturelles des personnes. Ces actions permettent l’expression des habitants et participent à faire évoluer les regards sur les quartiers.
Il s’agit notamment de :

  • privilégier les actions engageants une démarche spécifique de fréquentation des structures culturelles du territoire, telles que les jumelages entre les établissements culturels et les quartiers prioritaires de la politique de la ville. ;
  • former des préprofessionnels avec le soutien du Plus Petit Cirque du monde pour sa formation préqualifiante en arts acrobatiques urbains ;
  • soutenir l’émergence de jeunes créateurs issus des quartiers de la politique de la ville dans le domaine audiovisuel et cinématographique avec les associations Les Ami-e-s du Comedy club ou Extra Muros ;
  • soutenir de nombreuses master-class et préparations aux concours des écoles de journalisme pour accroître les chances de réussite des jeunes issus des quartiers prioritaires, contribuer à augmenter la diversité sociale dans les médias avec les associations La Chance aux concours ou de l’École supérieure du journalisme (en partenariat avec le Bondy Blog).

Toucher l’ensemble du public et encourager l’expression citoyenne

Le Fonds images de la diversité (FIDD), créé en 2005 et géré en collaboration avec le CNC, a pour objectif de soutenir la création et la diffusion des œuvres cinématographiques, audiovisuelles et multimédia qui contribuent à donner une représentation plus fidèle de la réalité française. Il soutient la de production des récits communs autour des valeurs de la République et favorise l’émergence de nouvelles formes d’écritures et de nouveaux talents, issus notamment des quartiers prioritaires.

Depuis 2007, plus de 1 000 œuvres ont été soutenues. Le lab Images de la diversité a pour objectif premier que les différents acteurs de la politique de la ville, associations qui voudraient organiser des projections avec débats, corps enseignant ou autres, puissent s’en emparer. Le but est de leur rendre accessible ces films et de mettre à leur disposition des outils afin de les aider à choisir des œuvres et à animer leurs actions.

Soutenir les médias de proximité pour permettre l’expression citoyenne

Accompagner des médias de proximité dans leur pluralité de supports, c’est permettre aux citoyens des quartiers de la politique de la ville de prendre la parole et de promouvoir leurs actions. Tous les supports sont encouragés : radios et TV locales, web, médias en ligne, journaux de quartiers, blogs, plateformes numériques comme le Bondy blog, mais également centres de ressources visant la mutualisation des contenus et la professionnalisation des acteurs, comme le Médialab.
Ils ont pour fonction de favoriser la liberté d’expression dans les territoires de la politique de la ville, en permettant l’émergence de médias prenant en compte les spécificités de ces territoires. À la fois informateurs, animateurs de développement local et acteurs de la citoyenneté, ces médias ont pour objectif de changer les représentations attachées aux quartiers populaires et de traduire la réalité de la vie des quartiers.

Encourager la pratique sportive

Enfin, la politique de la ville intervient pour encourager la prise en compte du sport comme outil de cohésion sociale pour réduire les inégalités d’accès à la pratique sportive, que ce soit en matière d’équipements sportifs, de diversité des sports proposés et d’accès aux clubs. Les 435 contrats de ville, en tant que projets de territoire, intègrent la dimension sportive dans leurs trois piliers (cadre de vie, cohésion sociale et développement de l’activité économique et de l’emploi).

Le sport porte des valeurs qui vont au-delà de la pratique elle-même : lrespect des règles, esprit d’équipe, dépassement de soi, engagement associatif, fair-play… En favorisant la pratique sportive auprès des publics en difficulté, on lutte contre l’exclusion sociale, on donne un cadre et des repères aux jeunes. Le sport joue un rôle de prévention et d’éducation. C’est un support d’intervention qui permet de renouer le dialogue avec une jeunesse en devenir et parfois très éloignée des structures institutionnelles. C’est également une thématique qui croise de nombreux enjeux sociétaux comme la lutte contre la sédentarité, l’égalité femmes-hommes, l’amélioration des relations parents-enfants, l’accès à une qualification diplômante et à un emploi tandis que les nouvelles pratiques de sport de rue interrogent l’aménagement urbain…

Dans le cadre de ses crédits d’intervention, la politique de la ville se consacre :

  • au développement de la pratique sportive féminine, à l’insertion professionnelle par le sport, au développement du sport comme un outil de citoyenneté, de prévention et d’éducation, de santé et de bien-être, à l’accompagnement et à la formation des acteurs associatifs œuvrant dans le champ du socio-sport ;
  • à l’offre de pratiques sportives via des dispositifs pour les publics enfants et jeunes comme le programme de réussite éducative (PRE) ou Ville vie vacances ;
  • à la création ou à l’amélioration des équipements et projets sportifs (les équipements sportifs peuvent faire l’objet d’un financement par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine.)
Sujet