Actualité

Action Cœur de Ville : le Président de la République trace de nouvelles perspectives pour l'avenir du programme national

Publié le 13/09/2021

Crédits : M. Bouquet / Terra
À l’occasion de la 4ème Rencontre nationale Action Cœur de ville, qui a réuni les maires des villes bénéficiaires du programme et les parties prenantes ce mardi 7 septembre 2021, le Président de la République Emmanuel Macron a salué le bilan d’Action cœur de ville, « action publique exemplaire », et a tracé des perspectives pour la suite du programme jusqu’en 2026. Le programme devrait s’enrichir de nouvelles thématiques pour faire face aux défis des mutations démographiques, écologiques et économiques, avec le concours de la Caisse des dépôts, d’Action Logement et de l’Agence nationale de l'habitat (ANAH).

350 millions supplémentaires pour renforcer les centralités

Le Président de la République a annoncé 350 millions supplémentaires qui abonderont la dotation de soutien à l’investissement local (DSIL) pour contribuer aux projets de redynamisation des centralités. Ces crédits sont issus de fonds européens et seront mobilisés pour réaliser des  opérations figurant dans les contrats de relance et de transition écologique (CRTE)). Cet investissement public supplémentaire permettra de répondre aux plus près des besoins exprimés par les territoires et les acteurs locaux dans leurs enjeux de transition démographique, écologique et économique : accueil de nouveaux habitants, adaptation au vieillissement de la population, lutte contre l’étalement urbain, végétalisation des centres-villes, relocalisation des industries, soutien aux nouvelles formes d'activités

Pérennisation du « fonds friches »

Le « fonds friches » permet à l’Etat de soutenir financièrement les projets de reconversion de sites déjà artificialisés, destinés à accueillir de nouveaux logements, commerces, entreprises et équipements publics, en compensant les déficits d’opérations. Cet engagement permettra de traiter de nombreuses verrues urbaines et de soutenir l’offre de nouveaux logements et l’activité économique locale des territoires concernés, sans artificialiser de nouvelles terres agricoles ou naturelles.

84 villes Action Cœur de Ville ont déjà bénéficié des subventions de ce fonds pour équilibrer des opérations emblématiques situées en cœur de ville comme la reconversion de la friche industrielle Gégé à Montbrison, le site Loison à Montceau-les-Mines ou le Palais de Via à Cahors. Une seconde liste de projets aidés interviendra dès cet automne.

Extension d’Action cœur de ville et de sa méthode aux entrées de ville, aux zones de gares et aux projets dans les quartiers

La mise en œuvre du programme national Action Cœur de Ville est qualifiée de « modèle d’action publique » qui pourra être étendu ou dupliqué pour traiter des enjeux complémentaires situés à proximité dans les quartiers de gare, les quartiers d’habitation et les entrées de ville : équipe projet dédiée, animation partenariale et interministérielle, fédération des acteurs publics et privés locaux, recherche de résultats concrets. Il s’agit d’une véritable décentralisation de l’action publique s’appuyant sur les projets des collectivités et faisant confiance aux élus et acteurs locaux, avec un accompagnement déconcentré, sont les ingrédients de cette méthode publique innovante.

Le programme poursuivra et élargira également l’initiative Territoires pilotes de sobriété foncière pour accompagner les projets de développement urbain des collectivités sur des terrains déjà urbanisés, afin de contenir l’étalement urbain et  préserver les espaces agricoles et naturels. 25 villes et agglomérations Action Cœur de Ville sont déjà engagées volontairement dans ce processus dont Epernay, Draguignan, Dreux, Louviers, Maubeuge, Poitiers et Sète. D’autres devraient les rejoindre.

Prolongation du processus de défiscalisation dit « Denormandie » pour les travaux de réhabilitation des logements au-delà de 2022

Le dispositif de défiscalisation dit « Denormandie ancien » vise à soutenir l’acquisition-rénovation de logements anciens dans les villes Action Cœur de Ville ou signataires d’une opération de revitalisation de territoire (ORT), ce qui permettra de développer, grâce à l’investissement privé, une offre locative complémentaire de qualité dans les villes moyennes.

Poursuite d’actions de décentralisation des services publics

Le Gouvernement va poursuivre le mouvement de relocalisation de services publics centraux dans les territoires : création de 100 manufactures de proximité, services de la direction générale des finances publiques (56 villes Action Cœur de Ville ont déjà été sélectionnées sur 66 par la DGFiP )…

Action Cœur de Ville

Lancé en 2017 par le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, le programme national Action Cœur de Ville répond à une double ambition : améliorer les conditions de vie des habitants des villes moyennes et conforter le rôle de moteur de ces villes dans le développement du territoire en investissant prioritairement dans la revitalisation des cœurs de ville. Le programme permet ainsi aux acteurs du logement, du commerce et de l’urbanisme de réinvestir les centres-villes, de favoriser le maintien ou l’implantation d’activités en cœur de ville et de développer l’attractivité des villes moyennes. Il dispose d’une enveloppe de 5 milliards d'euros jusqu’à fin 2022 (Etat + Caisse des dépôts et consignations / Action Logement / ANAH) dont 3 ont d’ores et déjà été engagés.

Fort de son succès avec 234 villes bénéficiaires et plus de 6000 actions recensées, le programme est prolongé jusqu’en 2026 à la demande de nombreuses collectivités et sera enrichi pour accélérer le soutien au développement et à l’attractivité des villes moyennes.