Construire des dispositifs adaptés pour l'outre-mer

Insularité, biodiversité et paysages exceptionnels, présence d’habitats informels, exposition très forte aux risques naturels... Les territoires ultramarins ont des spécificités qui les différencient fortement des territoires métropolitains. À ce titre, ils sont les premiers témoins des défis et des déséquilibres qui menacent certains territoires.

Mis à jour le 29/08/2019

Territoires concernés

Les outre-mer ce sont 12 territoires qui regroupent les départements d’Outre-mer- DOM- (la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, Mayotte, la Réunion) ainsi que la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française, Saint-Martin, Saint-Barthélémy, Saint Pierre-et-Miquelon, les Terres Australes et Antarctiques Françaises, les Îles Wallis et Futuna.

Enjeux et contexte

Marqués par des inégalités plus grandes qu’en métropole, les DOM n'ont pas encore un équipements et un raccordement aux réseaux optimal, sont confrontés au développement accru de l’habitat précaire ou insalubre et à la problématique d’habitat informel. Un enjeu d’autant plus fondamental que ces territoires sont plus exposés aux risques naturels (séismes, submersion marine, irruption volcaniques, ouragans…)

On constate également sur les territoires d’outre-mer une tension forte sur le foncier qui découle du caractère insulaire de la plupart de ces territoires. Enfin, la performance énergétique des logements constitue un enjeu économique, social et environnemental particulièrement important en Outre-mer où les conditions climatiques rendent plus complexe la sobriété énergétique.

Ces particularités justifient l’engagement de politiques en matière de foncier et d’habitat adaptées aux enjeux propres de chacun de ces territoires. Dans la continuité de la loi égalité réelle outre-mer du 28 février 2017, les Assises des outre-mer ont donné la parole à l’ensemble des citoyens d’outre-mer. Cette consultation a abouti à la présentation d’un Livre Bleu outre-mer regroupant les actions à mener. Une grande conférence du logement doit également permettre l’émergence d’un nouveau Plan logement outre-mer 2019-2022.

Principales actions

  • Valoriser les mesures nationales et spécifiques aux territoires d’outre-mer qui permettent d’aménager, construire, rénover moins cher et plus vite
  • Accompagner les collectivités dans leurs projets de développement territorial et d’aménagement urbain (ingénierie, repérage des dégradations, action foncière…)
  • Veiller à la déclinaison ultramarine des initiatives engagées par le Gouvernement pour réhabiliter et améliorer le parc existant afin de faire face aux enjeux de rénovation énergétique, de désamiantage et de prévention des risques
  • Maîtriser les coûts en passant par un meilleur suivi de la construction, la simplification des normes et l’utilisation de modes constructifs innovants
  • Consolider la dimension sociale de la politique du logement par des mécanismes de soutien au logement intermédiaire, d’accession à la propriété et par des solutions de relogement ou d’hébergement pour la lutte contre l’habitat indigne
Sujet