Discours

Discours de Jacqueline Gourault - Ouverture de la Rencontre nationale Action Cœur de Ville

Publié le 07/09/2021

Discours de Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales prononcé ce jour lors de l'ouverture de la Rencontre nationale Action Cœur de Ville .

Seul le prononcé fait foi

Madame la Ministre, chère Roselyne,
Mesdames et Messieurs les parlementaires,
Madame la présidente de l’ANCT , chère Caroline,
Mesdames et Messieurs les maires,
Mesdames et Messieurs les présidents et directeurs généraux de la Caisse des dépôts, d’Action Logement et de l’Agence nationale de l’habitat,
Madame la Présidente de la Cité de l’architecture et du patrimoine, qui nous accueillez une nouvelle fois et que remercie chaleureusement,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames, Messieurs, chers amis,

C’est je crois un très beau symbole, chère Roselyne, que nous soyons à nouveau réunis ici, à la Cité de l’architecture et du patrimoine, dans cette magnifique Galerie des moulages. Un beau symbole car, dès l’origine de ce programme Action Cœur de Ville, nous avons porté une ambition en commun. L’ambition de faire de la culture un levier de projet, un levier d’attractivité et surtout un levier de qualité de vie dans les villes moyennes. Le programme de la journée en témoigne : plusieurs grands noms de l’architecture et du paysage interviendront, et montreront une fois de plus que l’audace et la qualité architecturale ont toute leur place dans nos villes, en particulier quand elles se conjuguent à la mise en valeur de l’héritage patrimonial, si riche dans chacun de vos territoires.

****

Alors oui, c’est une journée importante pour toutes les villes de France, en particulier pour les 234 villes bénéficiaires du programme Action cœur de ville.
Le Président de la République nous fera l’honneur de sa présence cet après-midi et c’est je crois un bel hommage à la qualité du travail mené depuis maintenant 4 ans pour donner un nouveau souffle à vos villes.

4 ans d’action et de transformations concrètes, dont la dynamique est déjà visible partout et qui se ressent aujourd’hui dans l’engouement retrouvé de nos concitoyens pour vos villes. Ce sont désormais près de 50% des Français qui jugent les villes moyennes comme le cadre de vie idéal.

Ce travail, il est collectif, il est partenarial. C’est pourquoi je tenais à remercier chaleureusement l’ensemble des acteurs engagés dans la réussite d’Action Cœur de Ville. Vous êtes nombreux réunis aujourd’hui, vous qui contribuez chaque jour, dans vos territoires, à la concrétisation de notre ambition collective :

-    je veux parler bien sûr des maires et des élus locaux, vous qui êtes quotidiennement à la manœuvre et qui l’avez été plus encore dans cette année que nous venons de passer et qui a été exceptionnelle à bien des égards. Vous le savez, Action Cœur de Ville a été conçu comme une boite à outils au service de vos projets. C’est un accompagnement sur-mesure qui part avant tout de vos besoins. Vous avez su, dans chacune de vos villes, impulser une dynamique forte, et  nous pouvons nous en réjouir collectivement

-    remercier l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires, l’équipe nationale autour du préfet Rollon Mouchel-Blaisot, qui est chargée d’animer et de coordonner le programme, mais aussi l’ensemble des agents de l’Etat qui en sont le relai dans les territoires, sous la responsabilité du préfet de département, et qui suivent et pilotent les projets. Je pense en particulier aux DDT, qui font un travail de l’ombre mais un travail essentiel, sans oublier bien sûr les UDAP et la DREAL ;

-    remercier bien sûr les partenaires « historiques » et principaux financeurs du programme, pour leur engagement et leur mobilisation : la Banque des Territoires, Action Logement, l’Agence Nationale de l’Habitat qui s’engagent souvent et de façon importante auprès de nous;

-    et puis saluer l’ensemble des partenaires, anciens ou nouveaux, qui s’engagent à nos côtés pour enrichir l’offre d’accompagnement, je pense évidemment au CNAM, à ENEDIS ou au COJO PARIS 2024, aux services de l’Etat comme la DGALN et le PUCA et à tous les acteurs de l’ingénierie dans les territoires (le CEREMA, chère Marie-Claude JARROT, les agences d’urbanisme, les établissements publics fonciers, les CAUE) sans oublier la Cité de l’architecture et du patrimoine.

La mobilisation pour les villes moyennes est générale. Ensemble, à travers ce programme, nous expérimentons une forme inédite d’action publique qui, je le crois, nous fait entrer dans une ère nouvelle de l’aménagement du territoire. Une ère nouvelle où l’Etat n’est plus prescripteur mais où il se fait facilitateur et accompagnateur des projets portés par les élus. Ce virage, ce « tournant de la confiance », nous l’avons en somme, expérimenté avec Action Cœur de Ville. Il est devenu depuis notre marque de fabrique, incarné dans l’ensemble des programmes de l’ANCT et dans la nouvelle ambition contractuelle que nous portons avec les Contrats de relance et de transition écologique. Merci d’ailleurs à Caroline Cayeux, présidente de l’ANCT , de veiller à ce que la contractualisation se développe parfaitement dans les territoires.

1)    Avec Action Cœur de Ville, nous sommes désormais dans le temps de la concrétisation, le temps des réalisations, le temps des chantiers.

Chaque jour, vous engagez de nouveaux projets. Les logements sont rénovés, les rez-de-chaussée commerciaux reprennent vie, de nouveaux tiers-lieux ouvrent leurs portes, des antennes de formation sont créées, des espaces publics sont requalifiés et végétalisés…
Partout, vos villes se transforment et le catalogue de l’exposition « 222 projets urbains dans les villes moyennes », où chaque maire a choisi une action emblématique, est un beau témoignage.

Les opérateurs privés reviennent (promoteurs, investisseurs, entreprises…), notamment à la faveur du concours Réinventer nos Cœur de Ville, qui est piloté par la direction de programme et le Plan Urbanisme Construction Aménagement (le PUCA ), chère Hélène Peskine. Un concours inédit dont le succès démontre que l’innovation urbaine ne concerne pas que les métropoles.

C’est dans ce même esprit que l’ANCT , le PUCA et la DHUP ont également travaillé de concert pour lancer fin 2020 l’initiative Territoires pilotes de sobriété foncière. Sept premiers territoires sont accompagnés dans leur stratégie de réduction de l’artificialisation des sols (Draguignan, Dreux, Epernay, Louviers, Maubeuge, Sète et Poitiers) et, plus globalement, 25 territoires Action Cœur de Ville forment un Cercle d’échanges très productif ; un groupe qui a vocation à s’élargir à tous les territoires volontaires. Nous savons tous combien cette protection des sols est importante nous savons tous aussi comment ce n’est pas toujours possible de l’appliquer. Il nous faut le faire en respectant les territoires.

Dans de nombreuses villes, l’apport du Plan de relance et des mesures spécifiques que nous avons mises en place pour les villes moyennes a été décisif. Naturellement Je pense en particulier au fonds friche, qui était attendu, et dont le succès est impressionnant, au point que l’enveloppe initiale des 350 millions a été doublée par le Premier ministre il y a quelques mois, pour permettre de financer de nouveaux projets. Je crois que nous en reparlerons pour la poursuite du programme cher Caroline.

Dans toute la France, nous voyons se débloquer des projets qui parfois étaient restés dans l’attente depuis des décennies, faute d’équilibre économique. Ces friches qui étaient un symbole de dévitalisation et qui deviennent aujourd’hui les témoins d’un renouveau économique et résidentiel.

Déjà 84 villes ACV ont bénéficié du fonds et très beaux projets vont sortir de terre :

- comme à Montbrison, cher Christophe Bazile, où l’usine Gégé, qui était abandonnée depuis 40 ans, va connaitre une seconde vie pour se transformer en quartier intergénérationnel ;

- à Cahors, cher Jean-Marc Vayssouze-Faure, avec le très beau Palais de Via qui va enfin pouvoir être réhabilité ;

- ou encore à Montceau-les-Mines, chère Marie-Claude Jarrot, avec la reconversion d’une ancienne usine textile qui va offrir  de nombreux logements en plein centre-ville
Ce sont des réalisations concrètes qui ont pu bénéficier du plan de relance.

2)    Cet élan puissant en direction des villes moyennes, il nous appartient de le conforter.

Le 8 juillet dernier le Premier ministre a annoncé le prolongement du programme national Action Cœur de Ville jusqu’au terme du mandat municipal en 2026. C’est une décision qui, je le sais, était très attendue, pour vous apporter je dirais de la sérénité et de la visibilité.

Il m’a chargée de mener une concertation cet automne pour en définir les nouvelles modalités, avec vous, les élus, dont les retours d’expérience seront précieux et l’ensemble des partenaires bien sûr financiers.

Il ne s’agit surtout pas de ralentir la cadence, je le dis parce que les partenaires sont très attachés à cela, nous ne pouvons pas nous permettre de perdre de temps. Notre priorité des prochains mois, c’est d’accélérer encore le rythme d’engagement des projets et des chantiers dans les 234 villes du programme. Parce que 3 milliards d’euros de crédits publics engagés sur les 5 milliards prévus au départ, c’est bien, mais cela laisse encore beaucoup de moyens disponibles pour amplifier la dynamique de rénovation de nos cœurs de ville. De même, la relance économique passe par les villes Action Cœur de Ville et je souhaite que tous les crédits complémentaires dont vous allez bénéficier (pour les hôpitaux, le fonds friches, la rénovation des logements par exemple) contribuent aussi à cette accélération.

Mais nous devons désormais préparer ensemble l’acte 2 du programme, pour l’après 2022. Pour cela, j’ai demandé à Rollon Mouchel-Blaisot de constituer une « taskforce » avec les  partenaires financiers d’Action cœur de ville. Elle sera chargée de préciser les périmètres d’intervention, d’identifier les nouveaux thèmes sur lesquels nous devrons enrichir la boîte à outils et d’estimer aussi les besoins financiers correspondants. Je vous le redis, je souhaite que vous soyez étroitement associés à ce travail qui devra aboutir au premier trimestre de l’année prochaine. Il ne s’agit pas de révolutionner ACV , nous restons sur des rails, mais nous préparerons la nouvelle étape.

Cette « nouvelle étape  » d’Action Cœur de Ville, doit nous inciter à accélérer et à amplifier notre intervention en réfléchissant à de nouveaux champs d’action, en mobilisant de nouveaux outils.

3 axes nous semblent prioritaires après quelques discussions:

-    Le premier concerne la résilience face au changement climatique.
Nos centres villes urbanisés sont aujourd’hui particulièrement menacés par les effets du changement climatique : risques d’inondations, ilots de chaleur urbains, épisodes climatiques intenses. L’enjeu pour demain, c’est d’atténuer ces effets du changement climatique, tout en gardant le cap de la réduction drastique des émissions de CO2. L’isolation thermique des bâtiments, la rénovation du bâti ancien, soutenu par le dispositif Denormandie dans l’ancien, la nature en ville, les mobilités douces et collectives… autant de sujets qui pourront faire l’objet de réflexions et nous conduire à développer des outils nouveaux.

-    Le second axe de réflexion porte sur les transitions démographiques
Lors de son allocution du 12 juillet dernier, le Président de la République a appelé de ses vœux un « nouveau pacte français entre les générations ». Dans nos villes moyennes, cela implique de trouver les solutions pour adapter la ville au vieillissement, je me réfère bien sûr à l’étude de Luc Broussy qui démontre l’acuité de cet enjeu. Par leurs caractéristiques sociologiques et urbaines, les villes moyennes sont les lieux où l’on doit pouvoir inventer l’habitat inclusif de demain. Mais ce pacte générationnel s’adresse aussi aux jeunes et aux familles. Et l’enjeu pour vos villes est autant dans l’accueil des étudiants et des jeunes actifs, que dans la capacité à les « retenir » en leur proposant un parcours résidentiel qui réponde à leurs attentes. Sur tous ces sujets, il y matière à inventer de nouvelles modalités d’intervention.

-    Le troisième axe porte sur le renouveau économique et la relocalisation de l’activité productive.
Les villes moyennes sont en première ligne des transformations de l’économie. Après avoir subi la désindustrialisation, nombre de territoires sont aujourd’hui pleinement engagés dans la transition économique. Ils accueillent les nouveaux lieux de travail et de production : usines 2.0, espaces de coworking, manufactures de proximité, écoles de production, etc.. Le Covid, de ce point de vue, semble avoir largement rebattu les cartes de l’attractivité économique. Pour faire la lumière sur les évolutions récentes du tissu économique des villes moyennes, j’ai demandé à France Stratégie de conduire une étude sur le sujet, dont les premiers résultats seront rendus publics d’ici la fin de l’année. Un certain nombre des villes d’ACV sont aussi en relation étroite avec notre politique Territoires d’industrie.

Vous le voyez, Action Cœur de Ville est un programme souple et agile, en adaptation constante pour répondre toujours davantage à vos besoins. Je compte sur vous et sur vos idées pour nourrir et écrire ensemble le futur de ce programme.

Conclusion

Mesdames et Messieurs, chers amis,
Depuis 2017, nous nous efforçons de donner corps à cette belle idée de la « cohésion des territoires », dont dépend si fortement la force de notre projet républicain et la concorde de notre pays.

La cohésion des territoires, elle passe notamment par le retour des services publics et par la fibre pour tous, qui sont deux des chantiers prioritaires que nous avons conduits depuis 5 ans. Sur la fibre, le déploiement est le plus rapide et le plus massif de tous les pays européens.
 
Cela passe aussi par un Etat proche du terrain, réactif, déconcentré et dont les moyens humains sont confortés. Je crois là encore, que nous avons contribué avec ce programme, comme avec la création de l’ANCT , à faire évoluer les choses dans le bon sens.

Cela implique aussi de porter l’égalité des chances, dans nos quartiers prioritaires de la politique de la ville comme dans nos ruralités.

Cela signifie redonner à chaque territoire la capacité de faire ses choix, de rebondir et d’entrer de plain-pied dans les grandes transitions auxquelles nous avons collectivement à faire face.

La cohésion des territoires, cela veut dire enfin de tourner la page de l’opposition entre l’urbain et le rural. Les territoires métropolitains, vos villes comme nos campagnes sont profondément entremêlés, ils sont unis, en réseau. Ils sont tissés de complémentarités.

Les villes moyennes sont au cœur de notre projet de cohésion des territoires. Car ces villes, vos villes, sont bien souvent en première ligne face aux grands enjeux de demain, elles sont à l’interface des espaces ruraux et des grandes villes. Elles sont un maillon essentiel de notre histoire et de l’avenir de notre pays.

Ensemble, nous avons inventé Action Cœur de Ville pour redonner vie à vos centralités. Ensemble nous avons donné corps à cette belle ambition et nous avons concrétisé partout, des projets nouveaux. Ensemble, demain, nous continuerons à porter cette belle exigence de faire réussir tous les territoires de France.

Je vous remercie,