Observatoire national de la politique de la ville

L'Observatoire contribue à une meilleure connaissance des quartiers prioritaires de la politique de la ville et à l’évaluation des politiques publiques menées en leur faveur. Tous les ans, il élabore un rapport annuel sur l'évolution des quartiers prioritaires de la politique de la ville ; ce rapport est remis au gouvernement et au parlement et rendu public.

Mis à jour le 29/05/2019

Repères

Créé par la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine, l'Observatoire national de la politique de la ville (ONPV) a succédé, en 2014  à l’Observatoire national des zones urbaines sensibles (Onzus) et au Comité d’évaluation et de suivi de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) . Il est présidé par Jean-François Cordet, préfet honoraire.

 

Les missions de l’ONPV

  • Analyser la situation et les trajectoires des résidents des quartiers prioritaires.
  • Mesurer l'évolution des inégalités et des écarts de développement au sein des agglomérations.
  • Contribuer de manière indépendante à l’évaluation de la mise en œuvre des politiques en faveur de ces quartiers prioritaires.
  • Evaluer les progrès en matière de participation des habitants aux instances décisionnelles de la politique de la ville.
  • Elaborer une méthodologie nationale et apporter son concours aux structures locales d'évaluation.
  • Analyser spécifiquement les discriminations et les inégalités entre les femmes et les hommes, dans les quartiers prioritaires.

Pour favoriser l'accès à l'information sur ces sujets, le site onpv.fr rassemble les études et  recherches publiées par les organismes publics d’information (services statistiques publics, observatoires nationaux, centres d’études nationaux), les organismes publics ayant un rôle dans la politique de la ville (pôle emploi, Agence nationale de rénovation urbaine….), les centres d’études, et les revues de recherche en sciences politiques ou sociales.

Afin d’assurer aux travaux et publications des deux observatoires du CGET (Observatoire des territoires et Observatoire national de la politique de la ville) crédibilité et reconnaissance, la sous-direction de l’observation et des analyses statistiques du CGET s’est dotée d’une charte de déontologie.

Cette charte, qui s’appuie sur le code des bonnes pratiques de la statistique européenne, met en avant, d’une part,  la garantie d’indépendance et d’objectivité, d’autre part, la qualité des procédures et des résultats statistiques.

Sujet