Police de sécurité du quotidien

Dans le but de remettre la République au cœur des quartiers de la politique de la ville les plus exposés à la délinquance organisée et aux trafics, la police de sécurité du quotidien (PSQ) est déployée. En tout, 60 « quartiers de reconquête républicaine » sont concernés par ce dispositif.

Publié le 27/05/2019

10 000 postes de policiers et de gendarmes

D’ici la fin du quinquennat, 10 000 postes de policiers et de gendarmes seront créés, avec une affectation prioritaire dans les quartiers de la politique de la ville. La police de sécurité du quotidien (PSQ) est destinée à intervenir dans 60 « quartiers de reconquête républicaine », identifiés comme étant les plus touchés par la délinquance. D’ici 2020, 1 300 gardiens de la paix supplémentaires vont donc, sur la base du volontariat, venir renforcer les effectifs de policiers, à raison de 15 à 30 postes en plus, selon les quartiers.

Police de sécurité du quotidien, les quariters politique de la ville concernés

Crédits : CGET

Retisser du lien avec les habitants

Le rôle de cette police de sécurité du quotidien consistera donc à déployer les effectifs de police dans les secteurs les plus exposés à la délinquance, à retisser du lien entre les forces de sécurité et la population, en particulier les jeunes, à mieux s’intégrer dans le tissu social du quartier (par exemple, en créant des liens avec les conseils citoyens et les partenaires locaux), mais aussi à recentrer le travail des policiers sur leur cœur de métier en simplifiant les procédures pénales et en facilitant les enquêtes des officiers de police judiciaire.

L’intervention de la police de sécurité du quotidien reposera sur un partenariat impliquant tous les acteurs du territoire (élus, associations, bailleurs sociaux et habitants).

Sujet