Actualité

Réenchanter les cœurs de villages avec Villages Vivants

Publié le 03/04/2019

Villages vivants

Crédits : Villages vivants

Pour lutter contre le déclin économique qui touche nombre de nos villages et de nos villes, Villages Vivants rachète des boutiques vides, les rénove et les loue pour y installer des activités utiles aux territoires et aux habitants. Raphaël Boutin, l’un des trois cofondateurs de la SCIC, nous raconte.

« Ramener de la vie en centre-ville »

C’est à Crest, commune de 8 000 et quelques habitants au cœur de la vallée de la Drôme, que Villages Vivants a vu le jour en 2017. Avec un objectif : lutter contre la désertification des cœurs de villes et de villages, en réinstallant à la place de boutiques vacantes et parfois vétustes, des commerces locaux ou des activités porteuses de sens.

Car si le taux de vacance commerciale atteint souvent les 11 % dans les centres-ville de France, nombreuses sont les communes rurales qui n’ont plus de commerce… du tout. C’est pour lutter contre ce déclin économique que Villages Vivants rachète des boutiques vides et les loue, à des loyers préférentiels, à des porteurs de projets à visée coopérative ou sociale.

 

Afficher la description de la vidéo

Villages Vivants rachète 4 boutiques dans la Drôme, l'Ain et l'Ardèche pour installer des projets utiles au territoire et redonner le sourire aux cœurs des villages !

À Trévoux par exemple, dans l’Ain, une librairie coopérative ouvrira ses portes début mai dans les locaux d’une ancienne pharmacie. À Boffres, un ancien village féodal ardéchois de 700 habitants où le seul commerce existant est en vente et ne trouve pas de repreneur, c’est une auberge multi-activités qui verra le jour dès cet été, après quelques travaux de rénovation. Ce lieu très attendu accueillera un bar/restaurant, une épicerie en circuit-court ainsi qu’un point de contact La Poste.

 

L’humain au cœur du projet

Les activités soutenues, soigneusement sélectionnées par l’association Villages Vivants, doivent remettre l’habitant au centre du modèle et combler un manque identifié dans la commune. Il s’agit, in fine, de recréer de la cohésion sociale et du mieux-vivre ensemble, et de renouer des liens entre acteurs du territoire qui ne se parlent pas forcément : propriétaires, habitants de tous les âges, élus, artistes…

 

« Un village vivant, c’est un village dans lequel on peut consommer, discuter, se croiser, échanger, travailler… c’est un village dans lequel les habitants sont acteurs de leur quotidien. »
Raphaël Boutin, cofondateur de Villages Vivants

Et pour la suite, quels objectifs ?

Partout, Villages Vivants ne manque pas d’idées pour réenchanter les cœurs de ville : aux communes avec lesquelles le travail est engagé, l’association propose notamment du mobilier urbain pour valoriser les vitrines vides, des animations et des balades urbaines pour sensibiliser les habitants, ou encore des expositions d’artistes locaux pour embellir les rues

Jusqu’en 2021, Villages Vivants prévoit d’acheter des boutiques supplémentaires d’abord dans la région Auvergne Rhône-Alpes pour consolider son développement, puis ambitionne ensuite de se déployer au niveau national, avec l’acquisition d’une centaine de boutiques dans les dix prochaines années.