Soutien aux projets associatifs dans les quartiers prioritaires

L’État soutient les associations qui constituent des acteurs essentiels de la politique de la ville en agissant au plus près des habitants des quartiers et de leurs besoins.

Publié le 13/06/2019

Les acteurs associatifs :  principale source d’actions dans les quartiers prioritaires

Les acteurs associatifs représentent plus de 60 % des 12 000 opérateurs soutenus au titre des crédits spécifiques de la politique de la ville. Ils portent la majorité des quelques 25 000 actions mises en œuvre sur le territoire. Ce sont donc 7 500 associations de proximité, qui interviennent auprès des 5,5 millions d’habitants résidant dans les 1 514 quartiers de la politique de la ville, qui bénéficient chaque année de 240 millions d’euros (hors adultes-relais) de subvention.

Les engagements de l’état auprès des associations :

  • un partenariat national entre l’État et le monde associatif avec un budget de 15 millions d’euros par an pour soutenir, mettre en réseau, faire essaimer des grands réseaux associatifs présents et actifs dans les quartiers.
  • la création de 1000 adultes-relais supplémentaires (lien vers la fiche médiation sociale). Les adultes relais sont des médiateurs sociaux, financés par l’État, employés principalement par des associations et œuvrant pour favoriser le lien social entre les habitants, les services publics et les institutions ;
  • le doublement et la revalorisation de l’aide à l’emploi associatif du fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation prioritaire (Fonjep). L’aide va être revalorisée de 5000 à 7000 euros et le nombre de postes FONJEP financés dans les quartiers passer de 750 à 1 520 postes.
Sujet