Actualité

Talents de cités 2018 : rencontre avec Romane Méance, entrepreneuse des quartiers

Publié le 31/01/2019

Talents de cités 2018 : rencontre avec Romane Méance, entrepreneuse des quartiers

Crédits : CGET

Rendez-vous incontournable de l’entrepreneuriat dans les quartiers, Talents des cités a primé, ce 31 janvier, 7 lauréats nationaux pour leur énergie, leur créativité et leur force d’initiative. Illustration avec Romane Méance, lauréate de 34 ans, récompensée par Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville, pour son entreprise Nosa Transports, basée dans un quartier prioritaire du 20e arrondissement de Paris. En un an, l’entreprise a déjà créé 13 emplois et recrute en majorité des jeunes issus du quartier, notamment en emplois francs.

Se lancer dans l’entreprenariat, c’est difficile ?

Nosa Transports a été créée en septembre 2017. Il a fallu beaucoup de détermination et de préparation. Après avoir étudié le marché, on a ciblé le transport de produits de luxe et de produits sanguins, des secteurs qui offraient une place à prendre. La première difficulté a été le financement : nous avons lancé une cagnotte auprès de nos proches et on avait avec un peu d’argent de côté, mais ça ne suffisait pas. Heureusement, on a obtenu un microcrédit de 10 000 euros avec l’Adie, qui nous a permis d’acheter et d’équiper notre première moto.

 

 

Talents des cités récompensent votre engagement pour les quartiers. Concrètement, comment vous agissez ?

Nous sommes basés à la porte de Bagnolet, dans le 20e arrondissement de Paris : c’est le quartier dans lequel mon mari a grandi et c’était important pour lui de s’y implanter. Lorsqu’on a commencé à embaucher des salariés, il a d’abord proposé à des jeunes de sa connaissance. Ce qui compte, ce ne sont pas les diplômes mais le sérieux et la motivation. Aujourd’hui, nous avons 13 salariés dont 80 % sont en CDI. La plupart ont entre 25 et 30 ans et sont issus des quartiers prioritaires du 20e arrondissement et de Seine-Saint-Denis. On a également recruté un salarié en emploi franc et deux sont à venir : c’est un vrai coup de pouce pour nous !

 

Comment Nosa Transports contribue-t-il au développement économique du quartier ?

Au début de l’aventure, on ne s’attendait pas à un tel succès de Nosa Transports : on avait imaginé 50 000 euros de chiffre d’affaires pour la première année. Nous allons finalement atteindre 200 000 euros ! Ça va nous permettre de nous étendre dans le quartier : on a pris un entrepôt, on va bientôt avoir des bureaux et donc embaucher, toujours en privilégiant les demandeurs d’emploi des quartiers. Nous sommes conscients des difficultés pour les jeunes de trouver du travail, aujourd’hui. C’est important pour nous de participer au dynamisme du quartier et de profiter de son potentiel humain.