Actualité

La Grande Équipe de la réussite républicaine se déploie au niveau local

Publié le 04/10/2019

Julien Denormandie

Crédits : dr

Suite au lancement de la Grande Équipe de la réussite républicaine, par le ministre Julien Denormandie, le 13 juin dernier à Paris, l’ensemble des acteurs de la politique de la ville doivent maintenant s’engager au sein de chaque territoire. C’est à Marseille que démarre le déploiement local de cette mobilisation nationale, avec le lancement de la Grande Équipe des Bouches-du-Rhône (13), ce 4 octobre. Une journée consacrée à la formation et l’insertion professionnelle, qui a rassemblé associations, entreprises, services publics de l’emploi et habitants pour travailler à des solutions concrètes en faveur de l’emploi dans les quartiers.

Afficher la description de la vidéo

Julien Denormandie a participé au déploiement local de cette mobilisation nationale pour les habitants des quartiers prioritaires, le 4 octobre 2019.

Cette nouvelle méthode de travail mobilise et met en réseau les différents acteurs locaux sur un même territoire, pour travailler de manière partenariale et encourager les coopérations. Elle se met en place à travers la création de Grandes Équipes de la réussite républicaine au niveau local. Le ministre Julien Denormandie s’est rendu au lancement de la première du genre, qui s’attellera, dans les Bouches-du-Rhône, à mettre en œuvre les engagements de la mobilisation nationale en faveur des habitants des quartiers prioritaires.

Le but : élargir le cercle des partenaires

Un des enjeux de ces Grandes Équipes est de s’adresser aux acteurs qui ne sont, aujourd’hui, pas identifiés par la politique de la ville et d’élargir le cercle des partenaires à l’ensemble des parties prenantes. À Marseille, les tables rondes ont rassemblé des entreprises comme Orange, des associations comme Pas Sans Nous et Addap13 (revoir notre reportage sur cette association de prévention par le sport), les missions locales pour l’emploi et des habitants bénéficiaires pour témoigner et débattre sur l’apprentissage, l’insertion socioprofessionelle des jeunes ou encore la mobilisation des « invisibles ».