Actualité

Le point sur les aides financières à la rénovation énergétique

Publié le 27/02/2019

aides financières à la rénovation énergétique

Crédits : Arnaud Bouissou - Terra

Il existe de nombreuses aides pour rendre son logement plus économe en énergie : sous forme de crédit d’impôt, de prêt ou encore de chèque énergie, chacun peut trouver l’aide la plus appropriée pour son projet de rénovation énergétique.

Crédit d’impôt et prêt à taux zéro : deux aides pour faciliter la rénovation énergétique de son logement

Grâce au crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), un particulier peut déduire de ses impôts le montant de certaines dépenses engagées pour des travaux d’économies d’énergie de son logement (généralement 15 % à 30 %). Les locataires tout comme les propriétaires peuvent en bénéficier, sans condition de ressources.

Autre dispositif pour le particulier : l’écoprêt à taux zéro (dit éco-PTZ). Proposé par des banques conventionnées avec l’État, ce prêt, d’un montant maximal de 30 000 €, est versé afin de réaliser des travaux d’écorénovation. L’écoprêt à taux zéro et CITE sont deux dispositifs cumulables sans aucune condition de ressources.

 

Quatre dispositifs financiers également à disposition du particulier

En plus de ces deux premières aides, le particulier peut bénéficier d’autres coups de pouces pour son logement :

  • la TVA à taux réduit à 5,5 % pour des travaux de rénovation énergétique (contre 10 % habituellement) ;
  • le chèque énergie, dont près de 4 millions ménages ont bénéficié en 2018, pour régler toutes les dépenses d’énergie du logement : électricité, gaz naturel, bois, fioul, etc. Le montant du chèque énergie sera par ailleurs augmenté pour les bénéficiaires actuels de 50 € en 2019 et étendu à 2,2 millions de ménages supplémentaires (soit un total 5,8 millions de ménages) ;
  • des subventions dans le cadre du programme Habiter mieux de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) à destination des propriétaires occupants leurs logements et sous certaines conditions de ressources ;
  • des certificats d’économies d’énergie (primes, prêts bonifiés ou diagnostics gratuits), accordés aux particuliers par des fournisseurs d’énergie. Cette aide répond à une obligation encadrée par l’État. 5 Md€ d’aides seront allouées sur le quinquennat.

 

Changer de chaudière sans se ruiner et profiter sans attendre des économies d’énergies

Remplacer sa chaudière sans se ruiner, c’est possible grâce à la prime à la conversion des chaudières. Ce dispositif s’adressant à tous les Français, sans condition de ressources, permet d’aider les ménages à changer son chauffage actuel peu efficace (au fioul, gaz ou charbon) pour une chaudière plus performante, plus écologique et plus économique à moindre coût.

Pour en bénéficier, plusieurs dispositifs cumulables sont mis à disposition comme :

  • les aides attribuées par les fournisseurs d’énergie à travers les certificats d’économie d’énergie (CEE) ;
  • le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ;
  • l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ)
  • les aides de l’Agence nationale de l’amélioration de l’habitat (Anah) à travers le programme « Habiter Mieux Agilité » sous condition de ressources.

Grâce à certaines offres proposées dans le cadre de la prime à la conversion, pour les ménages les plus modestes, changer sa chaudière devient possible pour 1 euro seulement. L’ambition, à terme, sera de remplacer 600 000 chaudières au gaz ou au fioul d’ici 2021. Au total, plus de 1 milliard d’euros seront alloués à ce dispositif.