Tiers-Lieux

Pour pallier l’isolement et dynamiser leur territoire, des citoyens créent depuis des années des tiers lieux afin de développer le «faire ensemble » et retisser des liens. Ces lieux sont des acteurs centraux de la vie de leurs territoires. Leurs activités, bien plus larges que le coworking, contribuent au développement économique et à l’activation des ressources locales.

Publié le 20/06/2019

Afficher la description de la vidéo

Les tiers lieux nés de mouvements citoyens spontanés et créés sur le territoire national, s’organisent et s’institutionnalisent un peu. Lorsque les Ardéchois rencontrent les Drômois, un partage de leurs expériences locales s'engage alors et sera ensuite porté au niveau national via le conseil national des Tiers lieux.

Qu’est-ce qu’un tiers lieux ?

Les tiers-lieux sont des espaces physiques pour faire ensemble : coworking, microfolie, campus connecté, atelier partagé, fablab, garage solidaire, social place, makerspace, friche culturelle, maison de services au public… Les tiers-lieux sont les nouveaux lieux du lien social, de l’émancipation  et des initiatives collectives. Ils se sont développés grâce au déploiement du numérique partout  sur le territoire.
Chaque lieu a sa spécificité, son fonctionnement, son mode de financement, sa communauté. Mais tous permettent les rencontres informelles, les interactions sociales, favorisent la créativité et les projets collectifs. En résumé,  dans les tiers lieux, on crée, on forme, on apprend, on fait ensemble, on fabrique, on participe,  on crée du lien social…

Le programme « Nouveaux lieux, nouveaux liens »

« Nouveaux lieux, nouveaux liens » est un programme interministériel qui vise à proposer aux citoyens, partout sur le territoire, de nouvelles activités et à de nouveaux services regroupés dans des lieux  entièrement équipés en numérique.
En soutenant ceux qui créent, inventent et portent ces nouvelles activités, l’État ambitionne de :
• Favoriser le maillage le plus fin possible  des territoires en tiers-lieux ;
• Donner les moyens aux tiers-lieux de diversifierleurs revenus en développant  des servicesd’intérêt général déclinés en fonction des besoins des territoires ;
• Faciliter la professionnalisation et l’organisation des réseaux de tiers-lieux ;
• Impliquer des partenaires publics et privés autour de ce programme en proposant  un cadre d’intervention commun  et des outils mutualisés.

Le Conseil national des tiers-lieux

Véritable assemblée, il est composé de représentants des tiers-lieux dans leur diversité (économique, culturel, numérique, éducatif et d’enseignement supérieur, associatif, ESS...). Consulté par les pouvoirs publics, il jouera un rôle d’instance de représentation provisoire et de dialogue de la filière. Il participera à l’étude des candidatures pour les Fabriques de Territoire.

300 "fabriques de territoires"

L’État lance un appel à manifestation d’intérêt (AMI) permanent doté de 45 millions d’euros, pour identifier d’ici 2022, 300 fabriques, existantes ou en projet, dont 150 seront implantées en quartiers prioritaires de la politique de la Ville (QPV). Une attention particulière sera accordée aux initiatives liées au numérique dans toutes ses dimensions, les plus remarquables seront reconnues comme « Fabriques numériques de territoire ». L’État soutient à hauteur de 75 000 à 150 000 euros sur trois ans les Fabriques de territoire, le temps pour ces structures de conforter leur équilibre économique. Le financement proposé par l’État tiendra compte de l’offre de services et du lieu d’implantation.

Sujet